Connecteurs

C’est en pleine rédaction de mon chapitre portant sur les fondements théoriques de ma thèse que je me rends compte que « quelque chose cloche » dans ma manière d’écrire. Ce n’est pas que je n’y parvienne pas, non, c’est plutôt que le résultat ne semble pas vraiment naturel, pas vraiment français.

Il est vrai que j’utilise de nombreuses sources de langue anglaise. Ça pourrait venir de là. Je relis avec la plus grande attention, et je me rends compte que le « quelque chose » qui me dérange, c’est que j’utilise en tout et pour tout trois formules pour lier mes idées entre elles, à savoir : « en effet », « cependant » et « en outre ». Ce qui, en pratique, donne l’impression (1) que j’énumère une liste de théories et (2) que mon chapitre a été écrit par un enfant de huit ans pas vraiment doué en composition.

Pourtant, des connecteurs, j’en connais plein. Je lis depuis l’âge de six ans, ce qui fait qu’en tout j’ai eu vingt-trois ans pour accumuler les petits mots que j’ai lus au fil des années. D’ailleurs, je peux citer des tas de synonymes de « cependant » si on me le demande (« mais », « malgré », « toutefois », « tandis », « quoique », « par contre », « si ce n’est », « néanmoins », etc.). Par contre, quand il s’agit d’utiliser ces synonymes dans un texte, rien ne me vient. C’est pourquoi j’ai décidé de fabriquer de petits aides-mémoire.

Je suis une personne visuelle et j’aime quand les choses sont colorées et structurées. C’est pourquoi j’ai choisi d’utiliser un site proposant de créer des nuages de mots pour me faire des « cartes postales » de connecteurs. Je les ai imprimées et punaisées sur mon mur, et il me semble à présent plus facile de lier mes idées entre elles.

Si comme moi il vous est arrivé d’être confronté-e à ce problème, je mets ici mes cartes à votre disposition (n’hésitez pas à les partager).

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Autocomplete me — Alice et la saisie semi-automatique de Google

Que ce soit en raison de ma formation initiale de traductrice qui conduit à une curieuse déformation professionnelle consistant à tout vérifier tout le temps (et deux fois, de préférence) ou tout simplement parce que, comme beaucoup de gens, je passe beaucoup de temps sur Internet, Google fait partie de ma vie, pour le pire et pour le meilleur. Je suppose que vous avez déjà remarqué que lorsque vous tapiez des mots-clés dans la barre de recherche, une série de suggestions apparaissait dans un menu déroulant. Imaginons, par exemple, que je veuille faire une tarte tatin, mais qu’aucun de mes livres de recette ne contienne la marche à suivre pour réaliser ce dessert. Je tape donc « Recette tarte » dans la barre du moteur de recherche et — comme par magie — voici ce que Google me suggère :

Il me suffit ensuite de sélectionner l’option qui me convient le mieux (ici, la deuxième) pour que la recherche se fasse sans que je sois obligée de dactylographier tous les mots-clé. Ce phénomène est « l’autocomplétion » ou, dans un français plus correct, « la saisie semi-automatique ». Il serait sans doute intéressant d’aborder la question sous l’angle de l’extraordinaire fainéantise de l’être humain 2.0 qui considère que taper cinq lettres de plus constitue une perte de temps, mais ce n’est pas le propos aujourd’hui. Ce qui nous intéresse pour l’instant ce sont, d’une part, les principes sur lesquels repose cet outil, et ensuite, ce que nous révèlent les suggestions fournies lors de cette saisie semi-automatique.

Je google, tu googles, il/elle google, nous googlons, …

Il ne faut pas aller bien loin pour comprendre les principes qui régissent la saisie semi-automatique sur Google :

Google. Saisie semi-automatique [en ligne : <https://support.google.com/websearch/answer/106230?hl=fr>, dernière consultation le 7 janvier 2014]

Dans la pratique, la prédiction s’effectue sur base d’une recherche incrémentale, ce qui signifie que l’interaction entre utilisateur/utilisatrice et moteur de recherche se fait de façon progressive. À mesure que je tape des lettres dans la barre de recherche, les suggestions s’ajustent. Chez Google comme chez bien d’autres moteurs de recherche, ces suggestions ne tiennent pas compte des erreurs orthographiques (dans une certaine mesure) grâce, on s’en doute, à l’utilisation de l’inévitable algorithme de Levenshtein, qui, dans le cas présent, permet d’introduire un degré de tolérance déterminé lors de la substitution, suppression ou addition d’un certain nombre de caractères. Par exemple, et pour en revenir à ma tarte, si je fais une faute de frappe et que je tape « tatain » au lieu de « tatin », Google n’en est pas le moins du monde perturbé et me fournit toujours autant de suggestions :

Bien entendu, plus ma recherche sera spécifique (donc plus elle comptera de caractères), plus il sera difficile au moteur de recherche de me fournir un grand nombre de suggestions, comme en témoigne la recherche suivante :

La recherche « recette tarte tatin sans gluten ni œufs » n’ouvre aucun menu déroulant, preuve que le moteur de recherche est à court de suggestions en raison de l’extrême spécificité de ma requête.

Comme le précise la page qui y est dédiée, les résultats fournis reposent sur deux paramètres (que la linguistique pourrait appeler « corpora ») : les recherches d’autres utilisateurs, et le contenu des pages Web répertoriées (« indexées ») par Google. Cette conjugaison de deux corpora est particulièrement intéressante dans la mesure où elle ne repose pas uniquement sur le contenu existant et disponible (les pages indexées) ; elle contient également une grande part de subjectivité parce qu’elle est le fruit des recherches d’autres personnes.

En cela, comme le pointe du doigt Arwa Mahdawi dans l’article « Google’s autocomplete spells out our darkest thoughts » — par ailleurs fascinant à bien des égards — paru sur le site du Guardian, l’autocomplétion est révélatrice des pensées des internautes :

Our most popular searches are, to some degree, an uncensored chronicle of what, as a society, we’re thinking but not necessarily saying.

Plus loin, elle qualifie Google d’ « équivalent laïque du confessionnal », ce qui n’est pas sans intérêt si on se demande de quoi est fait l’inconscient collectif, ou plutôt l’inconscient « majoritaire », des internautes du XXIe siècle. Petit florilège de ce qu’on peut trouver dans les suggestions de résultats lorsqu’ on débute sa recherche par un groupe ou l’autre de la population suivi de « sont » :

On constate bien vite que ce n’est pas le meilleur de l’humanité qui se trouve exprimé là, surtout si, comme le dit si bien Google,

les suggestions renvoyées par la saisie semi-automatique reflètent les activités de recherche de l’ensemble des internautes et le contenu des pages Web indexées par Google.

N.B.: Le verbe « être » étant un verbe « faible », plutôt descriptif et dépourvu de connotation, les résultats sont encore bien pires si on procède à une recherche en utilisant une formulation plus prescriptive comme « devraient » (« les femmes devraient rester à la maison).

De là à dire que Google est raciste, misogyne et homophobe, il n’y a qu’un pas qu’il ne faut cependant pas franchir. La saisie semi-automatique n’est ni plus ni moins qu’un outil à l’image des tendances qui se dégagent lors de l’intervention de ses utilisateurs considérés dans leur ensemble et sans distinction, et du contenu qu’on trouve sur Internet — c’est à dire relativement mal informé et franchement subjectif.

Puisque selon cette même saisie semi-automatique, les extraterrestres sont parmi nous (et non seulement sont-ils dangereux, mais, apparemment, ils sont en plus voleurs, les scélérats !) et Lady Gaga est un homme, les suggestions de résultats concernant les termes liés à Alice au pays des merveilles promettaient de valoir le coup d’œil.

Les aventures d’Alice au pays de l’autocomplétion

La première partie de cette section s’intéresse aux résultats en anglais, fournis par Google.com, et la seconde aux résultats en français, fournis par Google.fr. Les langues de recherche étaient celles correspondant aux noms de domaine respectifs.

Il convenait bien entendu de débuter cette petite expérience par une recherche sur « Lewis Carroll ». Ainsi ai-je choisi de m’interroger sur qui était le grand homme, ce qui s’exprime simplement par une recherche avec les termes « Lewis Carroll was ». La saisie semi-automatique a (en quelque sorte) été à la hauteur de mes espérances.

Pervers, drogué et pédophile, il ne manquait vraiment que la casquette de Jack l’Éventreur au palmarès du monstre que nous décrit l’autocomplétion. Qu’il eût été un pervers, c’est difficile à dire, d’autant que nombre des choses qui étaient considérées comme des perversions pendant l’ère victorienne sont maintenant perçues comme des comportements appartenant à une sexualité épanouie ; laissons donc le bénéfice du doute aux internautes qui ont fait cette recherche ou aux sites Internet qui mentionnent ces termes.

Le problème de la pédophilie est au cœur d’un débat interminable dans les cercles qui s’intéressent à la biographie de l’auteur, et il n’est à mon humble avis pas près d’être résolu. Certains sites très sérieux, comme celui de Karoline Leach, s’intéressent d’ailleurs à la question. Cependant, rien dans les journaux de Lewis Carroll ne vient confirmer cette hypothèse, et rien n’indique qu’il eût jamais eu ce type de pulsions ou qu’il soit passé à l’acte.

En ce qui concerne les drogues, j’émets par contre bien plus de réserves. Charles Dodgson (le vrai nom de Lewis Carroll) était un membre du corps académique de l’université d’Oxford, où il enseignait les mathématiques. C’était le fils d’un pasteur et il était lui-même diacre. Le tout en pleine époque victorienne, avec ce que cela implique de contraintes et de contrôle. Il aimait les bonnes manières et les choses bien ordonnées. J’ai du mal à croire que quelqu’un correspondant à ce profil puisse se laisser aller à se fumer une petite pipe d’opium le week-end pour se détendre. Et quand bien même, c’est sans doute Will Brooker qui apporte la réponse la plus pertinente à cette pseudo-controverse :

Quant à l’idée selon laquelle Lewis Carroll et Jack l’Éventreur n’étaient qu’une seule et même personne, elle est à peu près aussi crédible que la même théorie à propos de Shakespeare et Cervantès. Cette rumeur est due aux élucubrations d’un certain Richard Wallace, qui a publié en 1996 un livre intitulé Jack the Ripper, Light-Hearted Friend, dans lequel il « démontre » sa théorie grâce à une anagramme. Malheureusement, cette anagramme ne fonctionne pas puisqu’elle implique de remplacer trois lettres, dont un « o » qui devient un « i » pour devenir « ripper », ce qui n’est quand même pas de chance quand on considère que c’est le mot-clé de toute cette histoire (pour en savoir plus à ce propos, voir l’explication de Jacobson et Heaney). De plus, lors des meurtres de Mary Ann Nichols, Annie Chapman, Elizabeth Stride et Catherine Eddowes au cours de l’été 1888, l’auteur d’Alice était en vacances sur la côte avec une amie (ou alors, il faut imaginer que cette amie était une complice de Jack l’Éventreur).

Cependant, à l’exception de la suggestion sur Jack l’Éventreur, ces résultats de la saisie semi-automatique sont cohérents avec les choses que l’on entend dans la majorité des conversations sur Lewis Carroll. L’année dernière, j’ai abordé Alice’s Adventures in Wonderland et Through the Looking-Glass and What Alice Found There dans le cadre de la section consacrée à la littérature de mon cours d’anglais, et les questions de mes étudiants sur l’auteur portaient majoritairement sur son soi-disant usage des drogues et ses non moins supposées tendances pédophiles. Les idées reçues ont la peau dure.

De même, si on souhaite interroger Google sur ce qu’a fait ou n’a pas fait (did) Lewis Carroll au cours de sa vie, les résultats s’éloignent peu de ceux de l’autocomplétion précédente :

La recherche « Did Lewis Carroll have » renvoie quant à elle à des résultats aussi divers et surprenants que « Did Lewis Carroll have pets » (pourquoi pas ?), « Did Lewis Carroll have a wife » et « Did Lewis Carroll have a mental disorder. »

Les résultats de la recherche commençant par « is » plutôt que « did » restent du même acabit, en dehors de celles liées à la nationalité de l’auteur. La suggestion la plus surprenante étant tout de même la question sur le sexe de l’auteur.

En ce qui concerne Alice Liddell, la petite fille pour qui Charles Dodgson aurait écrit l’histoire originale d’Alice’s Adventures in Wonderland, et à tous le moins, la petite fille à qui il en offrit la première version manuscrite, c’est surtout le premier résultat qui est préoccupant :

En réalité, cette question a pour origine la série télévisée américaine Warehouse 13, qui met en scène les aventures d’une équipe d’agents spéciaux en charge d’un entrepôt où sont gardés des artefacts surnaturels, parmi lesquels le miroir dans lequel sera plus tard enfermée une tueuse en série nommée Alice Liddell, dont le premier crime a été de tuer (par accident) sa mère avec un revolver appartenant à Lewis Carroll. Cette question est donc entièrement liée à l’univers de la série concernée et en aucun cas à la véritable Alice Liddell. Les utilisateurs de Google se posent, en outre, la question de savoir si Alice a eu des enfants (oui, trois, avec son époux Reginald Hargreaves, dont deux seront tués pendant la première guerre mondiale). La même question semble être au cœur des préoccupations lorsqu’on s’intéresse à Charles Dodgson :

Lorsqu’on s’attaque aux interprétations d’Alice in Wonderland, la première suggestion porte encore sur les drogues (quelle surprise !).

La question de l’acide est, comme on s’en doute, à porter au crédit du groupe Jefferson Airplane grâce à sa chanson White Rabbit sur l’album Surrealistic Pillow de 1967. Les deux premiers couplets de la chanson seront sans doute suffisants pour comprendre le lien établi par Grace Slick, parolière et chanteuse du groupe, entre Alice et l’expérience que produit le LSD :

One pill makes you larger
And one pill makes you small
And the ones that mother gives you
Don’t do anything at all

Go ask Alice
When she’s ten feet tall

And if you go chasing rabbits
And you know you’re going to fall
Tell ’em a hookah smoking caterpillar
Has given you the call to
Call Alice
When she was just small

En français, on reste dans les mêmes thèmes qu’en anglais. La première recherche, « Lewis Carroll et » produit des résultats semblables dans les deux langues :

La quatrième suggestion, Lewis Carroll et les mythologies de l’enfance est le titre d’un ouvrage publié en 2005 sous la direction de Sophie Marret. Il s’agit des actes du colloque international « Lewis Carroll » qui s’est tenu à Rennes en 2003. Ce livre est fort populaire dans les milieux carrolliens en France. La recherche « Lewis Carroll » fournit des résultats plus académiques, puisque manifestement les questions que se posent les internautes, ou dont traitent les sites indexés, portent sur ses œuvres, les mathématiques et son activité de photographe. Cependant, ici encore, la drogue arrive en première position dans les suggestions :

En ce qui concerne Alice Liddell, il semblerait qu’elle soit surtout populaire en France sous les traits du personnage des jeux vidéo American McGee’s Alice et Alice: Madness returns. En effet, si « wiki » est un terme de recherche commun (on l’associe aux mots-clés de façon à obtenir un résultat situé sur un site dont le contenu peut être modifié par les utilisateurs, comme Wikipédia), « Madness Returns » est le titre de la suite du jeu. Alors que lors de la recherche en anglais Alice Liddell n’était pas associée de façon explicite à Lewis Carroll, elle l’est en français. La quatrième suggestion, « cosplay« , renvoie très majoritairement à des images du costume de l’héroïne d’American McGee et non de celle de Lewis Carroll, même dans les versions de Walt Disney et Tim Burton. En d’autres termes, Alice Liddell est plus connue en France en tant que personnage qu’en tant que personne.

La plus grande différence entre les saisies semi-automatiques anglaise et française réside dans le traitement qu’elles font des termes de recherche « Charles Dodgson ». Alors qu’en anglais les suggestions portent sur la vie privée de l’auteur, la version française ne produit aucun résultat en français en dehors de « Charles Dodgson wikipedia« , qui pourrait tout aussi bien être en anglais. Les suggestions suivantes sont en langue de Shakespeare : « Charles Dodgson biography » et « Charles Dodgson photography » — preuve, s’il en fallait une, de la méconnaissance du public français de la véritable identité de Lewis Carroll.

D’autre part, les recherches dont les mots-clés sont « Est-ce que les Aventures d’Alice au pays des merveilles », « Les Aventures d’Alice au pays des merveilles sont » et « Alice au pays des merveilles est » ne produisent aucun résultat dans le menu déroulant de la saisie semi-automatique. Les seuls termes proches de ceux-ci à générer un résultat sont « Alice au pays des merveilles » :

Ces résultats ne présentent pas un grand intérêt si on cherche à découvrir quelle est la perception de l’œuvre de Lewis Carroll chez les utilisateurs de Google.fr (dont on peut dès lors supposer qu’ils sont francophones), sauf sur le plan intersémiotique. En effet, les deux premières suggestions montrent clairement que les références des internautes sont avant tout cinématographiques ; le premier résultat renvoie à la production des studios Disney, la deuxième à la possibilité de regarder le film via un flux Internet. Quant aux deux derniers résultats, on peut supposer qu’ils sont le fruit des recherches d’étudiants épuisés.

« J’ai de la chance »

Revenons-en une dernière fois à notre exemple de la tarte tatin. Il se peut que je veuille perdre encore moins de temps et que je n’aie pas envie de perdre de temps à lire toutes les pages de résultats fournis par Google une fois ma requête envoyée. Il me suffira, pour ce faire, de cliquer sur « J’ai de la chance >> » pour tomber directement sur le site Web que Google jugera le plus pertinent. Pour la recette de la tarte tatin, j’arrive en effet sur le site Meilleurduchef.com, qui me fournit bien une recette de la tarte que je cherche. Malheureusement, il arrive rarement que les sujets liés à la littérature soient aussi dénués d’ambiguïté que les recettes de cuisine, comme en témoigne le petit exercice auquel je me suis livrée.

Dans la grande majorité des cas, l’effet que l’on obtient lorsqu’on clique sur « J’ai de la chance >> », c’est une visite de Wikipédia. De fait, si j’applique cette procédure aux termes « Lewis Carroll », j’arrive directement sur la page qui lui est consacrée sur le site de l’encyclopédie libre, en français comme en anglais. Il en va de même pour « Alice Liddell », « Charles Dodgson », « Alice’s Adventures in Wonderland », « Alice in Wonderland », « Les Aventures d’Alice au pays des merveilles » et « Alice au pays des merveilles ».

Là où les choses diffèrent considérablement, c’est lorsqu’on fait confiance à la « chance » sur le sujet des drogues. En anglais, les termes « Lewis Carroll drugs » suivis d’ « I’m feeling lucky >> » conduisent à un article de Sophie Robehmed intitulé Is Alice in Wonderland Really About Drugs? hébergé sur le site de la BBC. En français, « Lewis Carroll drogue » mène immédiatement à la page Wikipédia sur… le laudanum. Dans cet article, on peut notamment lire :

Parmi les personnalités littéraires dépendantes du laudanum on peut relever : Coleridge, qui lutta misérablement contre son penchant durant une grande partie de sa vie d’adulte ; de Quincey ; Byron ; Mary Shelley, qui souffrait de violentes hallucinations causées par le laudanum ; Charles Dickens ; Lewis Carroll ; Antonin Artaud ; Wilkie Collins ; Edgar Allan Poe et Baudelaire.

Au moins le ou les auteur(s) ont-ils pris soin de préciser à la ligne précédente que le laudanum était à l’époque un médicament légal, utilisé pour soigner les migraines. Il ne me reste qu’à supposer que dans cent-cinquante ans, les migraineux qui prennent de l’aspirine aujourd’hui seront considérés comme des drogués.

Le même phénomène se produit lorsqu’on s’intéresse à la question des relations de Lewis Carroll avec les enfants. En anglais, trois suggestions de la saisie semi-automatique touchent de près ou de loin à cette problématique. La première, « Lewis Carroll was a pervert », conduit à un article de Joseph Bottum dans le Weekly Strand intitulé Little Miss Liddell, dont le contenu est assez nuancé. Cet article présente une critique (plutôt acerbe, d’ailleurs) de l’ouvrage The Alice Behind Wonderland de Simon Winchester. La deuxième, « Lewis Carroll was a peadophile », emmène le lecteur ou la lectrice, via le bouton « I’m feeling lucky >> », à l’article Was Lewis Carroll a paedophile? Discovery of cryptic letter raises questions about author’s relationship with ‘real-life Alice’ de Beth Hale sur le site du Mail Online. Bien que le Mail ne soit certes pas le journal le plus objectif que l’on puisse trouver sur la toile, et contrairement à ce qu’annonce le titre, cet article reste relativement circonspect dans sa description de la controverse qui entoure Lewis Carroll depuis de nombreuses années. La troisième suggestion, « Did Lewis Carroll have any children » conduit à la page Wikipedia sur l’auteur.

En revanche, du côté francophone, les choses sont bien moins mesurées. La toute première suggestion qui apparaît lorsqu’on cherche « Lewis Carroll et » (ou « Lewis Carroll était ») est « Lewis Carroll et les petites filles ». Si on clique sur « J’ai de la chance >> », on atterrit sur un article de Marc-André Cotton qui postule que l’intérêt durable que suscitent les aventures d’Alice est dû à ce que « l’idéalisation de l’enfance qui caractérise la littérature enfantine inaugurée par Carroll porte les marques de l’abus et de l’enfermement dans lequel des générations d’enfants furent tenus ». L’article a pour titre Lewis Carroll, un pédophile victorien. L’article est hébergé sur le site Regard Conscient, dont le slogan est « La force de faire face à notre histoire. » L’objectif de cette association est de « de mettre en évidence les liens existant entre les souffrances refoulées — particulièrement celles de la prime enfance — et leurs mises en actes sur les différentes scènes de la vie. » Dans cette article, l’auteur argumente que la Reine de Cœur est en réalité une facette « terrorisante » de la mère de Charles Dodgson. On en revient toujours à la mère…

Il est aussi intéressant de noter qu’en cherchant de plus amples informations sur Regard Conscient, on se retrouve bien vite sur le site de l’Association française de pansémiotique (qui s’intéresse à des sujets aussi variés que la fin du monde, la psychobiologie ou la cosmologie), dont le logo n’est autre… que l’illustration d’Alice entrouvrant le rideau par Sir John Tenniel.

Les deux autres suggestions de la saisie semi-automatique, « Lewis Carroll et Alice Liddell » et « Lewis Carroll et les mythologies de l’enfance », renvoient respectivement à l’entrée Wikipédia consacrée à Alice Liddell et au site marchand Amazon.fr.

Ainsi, sur les deux questions relatives à Lewis Carroll qui suscitent la controverse, à savoir les drogues et la pédophilie, les informations accessibles par le biais des outils Google (la saisie semi-automatique et le dispositif « J’ai de la chance >> »/ »I’m feeling lucky >> ») sont présentées de façon bien plus pondérée en langue anglaise qu’en langue française. En effet, en anglais, le sujet des drogues est traité sur un site de presse (la BBC), par une journaliste professionnelle qui pose une question « Is Alice in Wonderland really about drugs? » et y répond :

Carroll wasn’t thought to have been a recreational user of opium or laudanum, and the references may say more about the people making them than the author.

« The notion that the surreal aspects of the text are the consequence of drug-fuelled dreams resonates with a culture, particularly perhaps in the 60s, 70s and 80s when LSD was widely-circulated and even now where recreational drugs are commonplace, » says Dr Heather Worthington, Children’s Literature lecturer at Cardiff University.

En français, la question que se pose le lecteur ou la lectrice le conduire à Wikipédia (site qui, s’il présente de nombreux avantages, ne peut être considéré comme fiable à cent pour cent), et non pas à la biographie de l’auteur, mais bien à un article sur une drogue que celui-ci est censé avoir prise à un stade ou à un autre de son existence, sans pour autant que cette théorie soit étayée.

En ce qui concerne la pédophilie, les résultats en anglais renvoient à deux journaux (le Strand Weekly et le Mail) qui abordent la question avec un œil critique, pour l’un, et circonspection pour l’autre. Le troisième résultat renvoie à Wikipedia. Les résultats français par contre renvoient à un document franchement dénonciateur sur un site spécialisé dans les douleurs de l’enfance, une entrée Wikipédia (encore) et un site marchand.

On peut donc aisément en conclure que sur Google comme ailleurs, la perception que le public francophone a de Lewis Carroll (qu’on le nomme de cette manière ou Charles Dodgson, d’ailleurs), de ses relations avec les enfants, de son œuvre principale et de son prétendu usage des drogues est bien moins mesurée que la perception du public anglophone. Cette vision se situe moins dans le débat et l’argumentation que dans le martèlement de théories présentées comme l’unique réalité.

Plus généralement, le public francophone, s’il utilise Google et ses outils, abordera l’univers de Lewis Carroll de façon plus périphérique que le public anglophone, s’intéressant aux jeux vidéo (American McGee’s Alice), aux séries télévisées (Warehouse 13) ou aux films (Disney). L’entrée dans le monde d’Alice par la porte francophone se fait sur le mode intersémiotique (ou transmédiatique, pour employer un terme issus des théories du storytelling) alors qu’elle se fait sur le mode biographique dans le monde anglophone.

En résumé, si les suggestions de la saisie semi-automatique de Google sont bien une manifestation de « ce que nous pensons sans le dire en tant que société » puisqu’elles sont un reflet des « activités de recherche de l’ensemble des internautes et le contenu des pages Web indexées par Google« , alors l’opinion que les internautes francophones ont de Lewis Carroll et d’Alice au pays des merveilles est très différente de celle qu’en ont les internautes anglophones. Preuve supplémentaire, s’il en fallait une, que la perception d’une œuvre ne se limite pas à la réception de ses traductions.

Lien connexes :

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Au voleur !

Il m’arrive de googler mon nom. J’en ai discuté avec certain-e-s de mes collègues, et il se fait que je ne suis pas la seule à le faire. En cette ère du tout numérique, il convient de garder un œil sur son e-réputation, comme on nous le répète assez souvent dans les médias. Que celui ou celle qui ne l’a jamais fait me jette la première souris optique.

Quoiqu’il en soit, il m’a bien fallu constater que ce que je ne considérais jusque-là que comme une douce paranoïa était en fait une crainte fondée. Dans la première page de résultats, j’ai découvert, il y a quelques semaines, que le site DissertationsGratuites.com avait publié une de mes notes de lecture sans m’en informer. Une note de lecture n’est certes pas un travail avec un impact délirant qui fera avancer la science à pas de géants, mais tout de même, c’est le fruit d’une réflexion personnelle. Ce texte était le mien.

Mon premier réflexe a été de me dire que ce n’était pas grave, puisque ma note de lecture avait de toute façon été publiée sur Internet par Questions de Communication et que j’en avais mis le lien sur ma page Academia.edu.

Pourtant, DissertationsGratuites.com l’avait bien publiée sans aucune autorisation et, pour aggraver les choses, sous le nom de quelqu’un d’autre. Il fallait bien réagir. Comme tout-e bon-ne internaute qui se respecte, j’ai d’abord pensé que je trouverais la solution à mon problème dans la FÀQ et que tout cela serait résolu en moins de temps qu’il n’en faut pour dire « violation de droits d’auteur ». Voici donc ce que j’ai trouvé (après cinq bonnes minutes de recherches, car force est de constater que les concepteurs du site ne nous facilitent bien entendu pas la tâche) :

Comme on peut s’en rendre compte en lisant le deuxième paragraphe du point 21 du règlement en question, il n’est pas simple d’obtenir de ce site qu’il retire les documents litigieux. En ce qui me concernait, je ne comprenais tout simplement pas pour quelle raison je devais me conformer à toute cette procédure puisque je n’avais jamais accepté les conditions d’ utilisation de DissertationsGratuites.com. Ce règlement ne pouvait donc pas s’appliquer à moi.

Notons au passage que les conditions ont probablement été traduites de l’anglais via Google Translate, comme en témoigne la très sibylline formulation « Une déclaration de votre part, sous peine de parjure, que les informations ci-dessus dans votre Avis sont véridiques » qui contient un calque impardonnable.

D’autre part, l’adresse de contact qui renvoie à Santa Monica Boulevard témoigne bien de l’emplacement du siège du site, qui ne présage rien de bon, puisqu’il est bien plus facile de se cacher derrière la législation américaine quand on a des activités en Europe et vice-versa.

Puisque, comme je le mentionnais plus haut, je ne comprenais pas pourquoi je devais me conformer à un règlement que je n’avais pas signé, j’ai pensé – bien naïvement – qu’il me suffisait d’envoyer un courriel de réclamation à l’adresse mentionnée, et que, confus-e mais de bonne volonté, mon interlocuteur ou interlocutrice s’empresserait de réparer la bévue.

Bien entendu, que nenni. Je me suis heurtée au raisonnement circulaire d’une administration qui essaie d’égarer le ou la plaignant-e pour ne pas devoir admettre qu’elle est en tort (ce qui me fait toujours penser à l’irrésistible scène de la maison qui rend fou dans Les Douze travaux d’Astérix) :

Notez au passage l’ironie absolue des messages standards qui suggèrent à l’auteur-e mécontent-e de suivre le site fautif sur Twitter ou Facebook. Au cas où.

Toujours est-il que ce refus de la part de l’équipe de DissertationsGratuites.com de bien vouloir retirer ma note de lecture m’a considérablement contrariée. J’ai donc décidé de contacter la cellule d’administration et de valorisation de la recherche de mon université qui a été rapide comme l’éclair dans sa réaction et m’a mise en contact avec le juriste attaché à ce genre de cas.

J’ai donc envoyé un courriel à DissertationsGratuites.com, précisant que j’avais informé le service juridique de mon université qui prendrait contact avec leur secrétariat dans les jours suivants. La réponse ne s’est pas faite attendre :

Tout est donc bien qui finit bien. Cependant, j’aurais préféré ne pas devoir gaspiller autant de mon énergie et de mon temps dans une histoire aussi stupide qui n’aurait pas eu lieu d’être si les administrateurs de DissertationsGratuites avaient commencé par vérifier la provenance du texte qui leur était soumis, et si ensuite ils ne s’étaient pas retranchés derrière un règlement abscons et sans aucune pertinence. La morale de tout cela est que même les toutes petites notes de lecture ne sont pas à l’abri du plagiat. Ce qui, de toute évidence, n’augure rien de très rassurant en ce qui concerne les travaux de plus longue haleine.

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Première conférence internationale sur la nourriture et la culture en traduction

Du 22 au 24 mai de l’année prochaine se tiendra la première conférence internationale sur la nourriture et la culture en traduction à Bertinoro (Forlì), en Italie. Le but de cette conférence sera d’établir un forum de discussion autour d’un champ de recherches que les organisateurs qualifient de « relativement négligé » : celui de la traduction du langage et de la culture de la nourriture (First International Conference on Food and Culture in Translation, FaCT). Puisqu’il s’agit d’un sujet qui occupe une place particulièrement importante dans mes recherches sur les realia dans Alice au pays des merveilles et De l’autre côté du miroir et ce qu’Alice y trouva (ou tout autre titre que les traducteurs français ont choisi de lui donner), j’ai soumis un abstract il y a quelques mois, et j’ai eu le plaisir d’apprendre hier que mon papier avait été accepté. J’ai hâte d’y être !

Abstract (en anglais)

Tasting the real thing: Food-related realia in the French translations of Alice’s Adventures in Wonderland

As the saying goes, “We are what we eat” — or more specifically, we only eat according to who we are. In her Adventures in Wonderland by Lewis Carroll (1885), Alice faces a series of food-related elements, such as the strange potion tasting like the very British custard and roast turkey that make her sink or mushrooms that make her grow. But are these flavours the same in the French translations as in the original version? Are they even comparable with what an English little girl would have found in such mixture in the 19th century? What happens if they have no equivalent in the target language because they simply do not exist in the culture of destination? Does the Mock Turtle character’s name make sense in a culture where turtle soup simply does not exist? Each time Alice has crossed the Channel, she has had to leave some of the food she carried with her in order to try new savours. Based on the work of the Bulgarian researchers Vlahov and Florin who developed the theory of realia, this paper aims at understanding and evaluating the way food-related realia have been translated in a selection of the numerous French versions of the English classic.

Lien connexe

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les aventures d’Alice au pays des médias (infographique)

graph
Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Suivi du questionnaire en ligne — Objectif 1000 réponses

Voici l’évolution quotidienne du nombre de réponses au questionnaire en ligne sur Alice dont il était fait mention à l’article précédent. Ces chiffres ne sont pas détaillés et ne donnent aucune indication quant aux réponses des personnes qui ont bien voulu y participer, mais ils sont utiles si, comme c’est mon cas, on s’intéresse à la propagation d’informations en ligne. Au terme de l’expérience (une fois l’objectif des 1000 réponses atteint), de plus amples précisions seront apportées quant aux pics de fréquentation.

Suivi du questionnaire :

Date Nombre de réponses Augmentation
18 août 2013 71 /
19 août 2013 185 +114
20 août 2013 210 +25
21 août 2013 242 +32
22 août 2013 247 +5
23 août 2013 294 +47
24 août 2013 300 +6
25 août 2013 309 +9
26 août 2013 320 +11
27 août 2013 327 +7
28 août 2013 345 +18
29 août 2013 377 +32
30 août 2013 419 +42
31 août 2013 439 +20
1er septembre 2013 443 +4
2 septembre 2013 500 +57
3 septembre 2013 517 +17
4 septembre 2013 518 +1
5 septembre 2013 521 +3
6 septembre 2013 527 +6
7 septembre 2013 529 +2
8 septembre 2013 531 +2
9 septembre 2013 531 /
10 septembre 2013 532 +1
11 septembre 2013 535 +3
2 novembre 2013 625 +90

Objectif 1000 réponses :

62,5%

Remplir le questionnaire

Lien connexe

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Une première expérience de questionnaire en ligne

Faire des recherches de doctorat, c’est apprendre tous les jours. En partie parce que la formation que l’on reçoit à l’université en bachelier ou en master tend à nous professionnaliser plutôt qu’à nous former à la recherche, ce qui est légitime étant donné le très faible pourcentage de diplômés qui s’engageront par la suite sur la voie académique, et en partie parce qu’on ne peut pas tout connaître de la foule d’outils qui existent.

« Les questionnaires de recherche sont laids »

Par exemple, il m’est venu à l’idée il y a quelques mois que ma thèse aurait un caractère plus humain si je pouvais recueillir l’avis et l’expérience d’Alice qu’ont un certain nombre de lecteurs. Or, moi aussi, je reçois pas mal de questionnaires à remplir via le webmail de l’UMONS, et je les remplis parce que je sais à quel point on peut avoir l’impression qu’on est seul au monde quand on entreprend des recherches. J’ai donc donné mon avis sur les canaux de diffusion de la culture, donné une approximation de ma consommation d’antidouleurs et estimé sur une échelle de un à cinq mon degré de satisfaction quant au revêtement des autoroutes. Je ne mets pas en doute la pertinence de ces études. Le problème, c’est la manière dont elles sont présentées. L’aspect de ces formulaires donne en général l’impression, au mieux, de remplir sa feuille d’impôts, au pire, de tenter d’échapper au goulag. La raison à cela ? Les formulaires qu’on reçoit sont laids.

C’est là qu’on peut remarquer une fois de plus la différence qui existe entre le monde académique et le monde commercial. Quand nous recevons une étude marketing (et nous en recevons un paquet!), le formulaire est toujours joli et dynamique. Ce qui fait que même si le produit qu’on tente de nous vendre ne présente aucun intérêt immédiat, nous avons tout de même l’œil attiré. Lorsque nous recevons un questionnaire à des fins de recherches, il a souvent été codé avec les moyens du bord, parce que les chercheurs n’ont pas les connaissances nécessaires dans le domaine de l’informatique (moi y compris). Les questionnaires de recherche ont invariablement un fond blanc, des cases à cocher bien carrées, et un gros bouton bleu pour confirmer. Bref, c’est très vilain.

À la recherche d’alternatives

Heureusement, il existe d’autres solutions. Ma collègue Jean Roberston de la Faculté de Traduction et d’Interprétation était elle aussi arrivée à la conclusion qu’il fallait chercher de l’aide dans le monde du formulaire user-friendly. C’est pourquoi elle s’est tournée vers FormAssembly (ici), qui est très bien sous tous rapports, notamment les possibilités en termes de modèles de présentation (templates), qui sont pratiquement infinies. Je vous recommande vivement de visiter la page « Featured Templates » sur laquelle on peut voir quelques unes de ces présentations. La prise en main est très aisée puisqu’il existe un tutoriel qui guide vraiment l’utilisateur pas à pas :

Au final, on a un joli formulaire, sympa pour les personnes qui décident d’y répondre, et qui peut être utilisé via les tablettes et autres smartphones. Bien sûr, FormAssembly gère automatiquement les données et produit un rapport statistique. Il y a donc de nombreux avantages à l’utiliser. Cependant, il y a tout de même un bémol : FormAssembly, dans sa version complète, est payant. Les prix ne sont pas abusifs, puisque les quatre formules permettent de trouver une solution rapidement. Par exemple, ils proposent le « Pay as You Go », qui consiste à payer 0,5$ par réponse reçue. La version basique est à 14$ par mois, ce qui reste relativement raisonnable. [Correction du 28/08 suite au commentaire de Jean Roberston ci-dessous — Il existe cependant une version gratuite sans feuille Excel ou XML mais proposant, comme la version payante, les notifications par e-mail et les rapports et tables en ligne. Pour comparer les différentes options, voir ici et cliquez sur « Full Feature List and FAQ »]

Ceci étant, quand on finance ses recherches soi-même (ou même si elles sont subventionnées), on préfère quand même limiter les coûts au maximum et réserver les dépenses extraordinaires aux colloques à l’étranger et autres livres de référence qu’on ne trouve nulle part sauf sur un site d’enchères en ligne à un prix délirant. Un générateur de formulaires gratuits semble donc la meilleure option, et de préférence, sans publicité.

Typeform

C’est Antoine Besnehard, qui travaille au Centre des Langues Vivantes, qui a tweeté la solution.

C’est comme ça que j’en suis venue à Typeform. L’idée ici n’est bien sûr pas de faire de la publicité pour un site plutôt qu’un autre, mais plutôt de partager ma première expérience des formulaires en ligne. Et je dois bien avouer que je suis satisfaite. Typeform est vraiment user-friendly. Je suis presque convaincue qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une quelconque expérience de l’informatique autre qu’Office pour pouvoir en explorer toutes les possibilités.

Les questions sont présentées sous forme de blocs à faire glisser dans votre questionnaire. Presque tout est personnalisable : il est possible de rendre les réponses obligatoires, donner des choix multiples avec l’option « autre », les possibilités de présentations incluent même l’image de fond et le choix des polices de caractères, on peut y inclure des images et des vidéos, bref, le résultat est forcément joli, et tout ça sans devoir avoir les moindres bases en HTML.

Pour ma part, j’ai choisi une police de caractères un peu fantaisiste (après tout, je travaille sur Alice, tout est permis) et un fond relativement neutre, ce qui donne ceci :

En ce qui me concerne, ça me convient, mais il est bien entendu possible de faire bien d’autres choses.

D’autre part, si les résultats de l’enquête peuvent être consultés directement sur votre compte Typeform, ils peuvent en plus être téléchargés sous forme de feuille Excel, ce qui permet de croiser les données plus facilement.

Mais encore fallait-il trouver un moyen pour obtenir des réponses.

Des réseaux sociaux

En 2013, on ne se pose plus vraiment la question, de prime abord, de savoir comment on va diffuser un questionnaire. « Tout le monde est sur Facebook ! », me dira-t-on. Hé bien non. Moi, par exemple, je n’ai plus de page Facebook (grâce à la page How to Delete Your Facebook Account) parce que je n’adhérais plus aux règles de confidentialité flottantes. Heureusement, mon compagnon a eu la gentillesse de poster un lien vers ce questionnaire sur sa page. Il a 297 amis Facebook. Certains de ces amis ont reposté le lien. Ils ont respectivement 598, 253 et 1015 amis. Ce qui fait un total de 2160 personnes ayant potentiellement vu le lien. Admettons qu’un bon tiers n’utilise pas vraiment Facebook, il nous reste 1440 personnes. Admettons ensuite que trois-quarts de ces personnes n’en aie vraiment rien à faire d’un questionnaire sur Alice, cela nous fait tout de même 360 répondants arrivant directement de Facebook, ce qui reste un nombre franchement satisfaisant.

Or, selon Google Analytics, qui part ailleurs peut fournir quantités de renseignements pertinents aux détenteurs d’un site Internet, seuls 151 de mes visiteurs venaient de Facebook. Ceci implique, d’une part, que ces 151 personnes ont effectivement cliqué sur le lien figurant sur le réseau social, mais n’ont pas forcément répondu au questionnaire (puisque Google Analytics donne la source du trafic vers une page et pas les actions qui y sont menées) et d’autre part, que si ce Facebook est pertinent en terme de circulation d’un lien, il ne garantit en rien que les utilisateurs cliqueront dessus. Ceci est bien entendu dû à de nombreux paramètres — comme la surabondance de liens, le désengagement social sur les réseaux virtuels, l’habitude qu’ont les utilisateurs de réseaux sociaux d’ignorer tout de ce qui ressemble de près ou de loin à du spam, le manque d’intérêt personnel pour Alice au pays des merveilles — qui sont tous fort compréhensibles, et probablement d’autres auxquels je n’ai pas pensé. Ce que ça prouve, surtout, c’est que l’utilisation du réseau social virtuel le plus répandu ne garantit en aucun cas le succès d’un formulaire en ligne.

Et par courriel ?

Il faut donc en revenir aux bonnes vieilles méthodes qui ont fait leurs preuves, à savoir les chaînes des courriels. En ce qui me concerne, je déteste ce type de chaînes dans lesquelles l’expéditeur initial supplie ses destinataires de bien vouloir faire suivre un e-mail à tout leur carnet d’adresse. Cependant, faire des recherches implique des compromis. J’ai donc envoyé le fameux courriel à quelques uns de mes contacts (pas question ici de l’envoyer à des personnes qu’on ne connaît que très vaguement), qui l’ont à leur tour envoyé à leurs contacts. Ce qui n’a apparemment pas trop mal fonctionné, si j’en crois les statistiques que me fournit Typeform.

Puisque la dernière question porte sur l’adresse e-mail des répondants, afin de garantir l’authenticité de l’étude (adresses qui ne seront bien entendu révélées à aucune tierce partie), il m’est facile de voir le cheminement de mon courriel de départ. En effet, les noms des domaines se répètent selon un schéma relativement constant. Par exemple, une connaissance m’a dit qu’elle avait envoyé ma demande à un membre de sa famille qui travaille dans une agence publicitaire. Pour cette date, il existe cinq formulaires comportant des adresses e-mail ayant pour nom de domaine le nom de cette agence publicitaire, et quatre adresses ayant des noms de domaine différents mais ressemblants. J’en conclus donc que cette personne a fait suivre l’e-mail d’origine à ses collègues et partenaires commerciaux.

L’e-mail circule donc. Les réponses sont moins massives que via Facebook, mais elles s’inscrivent plutôt dans la durée. Les utilisateurs de Facebook qui ont répondu à mon questionnaire l’on fait au cours des deux heures suivant la publication du lien sur leur réseau social, alors que les réponses consécutives à la chaîne de courriels continuent à arriver plus de soixante-douze heures après l’envoi du mail.

« Le sondage est le jeu de mots des chiffres » (Albert Brie)

Me voilà donc aujourd’hui, le 22 août 2013. Mon questionnaire a été lancé il y a quatre jours et a obtenu 250 réponses. J’ai été contrainte d’en supprimer trois parce que les adresses e-mail fournies étaient du style « pasdemail@gmail.com » (pour la plus polie) et ne pouvaient pas garantir que les formulaires concernés avaient été remplis par des personnes réelles.

Obtenir 247 réponses, ce n’est déjà pas si mal. Mais comment savoir si c’est suffisant ? Des tendances se dégagent bien entendu des chiffres dont je dispose déjà, mais est-ce assez ? Quel est le nombre « à atteindre » pour qu’une étude soit pertinente ?

J’ai cherché des réponses un peu partout sur la toile. Les premiers avis sur lesquels on tombe sont ceux des spécialistes du marketing. Selon ceux-ci, une étude est considérée comme une réussite si au moins 50% des personnes sollicitées ont répondu au questionnaire en ligne. Cette vision des choses nous pose deux problèmes :

1- La recherche en sciences humaines n’est pas du marketing ;
2- Il est impossible, vu les méthodes de diffusion employées dans le cadre du présent questionnaire, de déterminer combien de personnes ont effectivement été sollicitées ;

J’ai ensuite pu me rendre compte qu’il était très difficile de déterminer combien de réponses pouvaient garantir la validité d’une étude en sciences humaines, en raison du manque de littérature sur le sujet. En ce qui me concerne, je me suis fixé comme objectif d’atteindre les 1000 réponses. Voilà qui peut paraître énorme et délirant, mais je pense que c’est faisable. Je n’ai pas besoin des données que me fournira le questionnaire dans l’immédiat ; je peux donc me permettre d’attendre un peu. Je ne connais bien sûr pas 1000 personnes (et honnêtement, je ne sais pas où les trouver), mais à l’échelle de la Francophonie, ça ressemble vraiment à une goutte d’eau dans l’océan.

Lien connexes :

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Un petit questionnaire

Vous trouverez un tout petit formulaire de rien du tout sur votre expérience des Aventures d’Alice au pays des merveilles ci-dessous ou en suivant ce lien. Merci d’avance !

Liens connexes

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Paratexte ou “énonciation éditoriale” : comment le livre parle au lecteur

« Paratexte ou “énonciation éditoriale” : comment le livre parle au lecteur » sera le thème de la septième saison du séminaire de recherche du groupe de travail « Livre : création, culture et société » du CHCSC.

Le groupe de travail « Livre : création, culture et société » du Centre d’histoire Culturelle des sociétés contemporaines (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), constitué de chercheurs d’origines diverses (histoire, littérature, sociologie, anglais, sciences de l’information et de la communication, esthétique), aborde la question du livre, des métiers et des pratiques qui en dépendent.
Ses activités se déroulent au pôle des métiers du livre de Saint-Cloud (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud).
Cette année, se tiendra la septième saison de son séminaire de recherche, ouvert à tous les étudiants et enseignants chercheurs, sur le thème annuel « Paratexte ou “énonciation éditoriale” : comment le livre parle au lecteur ».

Lire la suite sur le site du Magasin des enfants →

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Born Happy. Happiness, Childhood ans Children’s Literature: call for papers

16th November 2013, St Hilda’s College, Oxford

www.childlithappiness.wordpress.com

 ‘Novels, like paintings or music or sport, should hold out to children the promise of happiness, and the certainty of laughter.’ (Fred Inglis)

 Jean-Jacques Rousseau claims that children are born innocent and happy: all their educators need to do is protect this natural state of childhood from being contaminated by society. In the last few years, however, a radical reassessment of happiness has taken place in critical theory, through thinkers such as Sara Ahmed and Lauren Berlant. They point to the social construction of the idea of happiness, how it varies over history and geography, and is based on predominating social values. As such, “happiness” can work as an ideology that welcomes some kinds of lifestyles and excludes others. In particular, they emphasise the difference that gender and sexuality makes to conventional models of a “happy” life. Their resituating of happiness as a normative and often oppressive ideology brings us the opportunity to reassess the place of happiness in children’s literature.

Read more →

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter