Suivi du questionnaire en ligne — Objectif 1000 réponses

Voici l’évolution quotidienne du nombre de réponses au questionnaire en ligne sur Alice dont il était fait mention à l’article précédent. Ces chiffres ne sont pas détaillés et ne donnent aucune indication quant aux réponses des personnes qui ont bien voulu y participer, mais ils sont utiles si, comme c’est mon cas, on s’intéresse à la propagation d’informations en ligne. Au terme de l’expérience (une fois l’objectif des 1000 réponses atteint), de plus amples précisions seront apportées quant aux pics de fréquentation.

Suivi du questionnaire :

Date Nombre de réponses Augmentation
18 août 2013 71 /
19 août 2013 185 +114
20 août 2013 210 +25
21 août 2013 242 +32
22 août 2013 247 +5
23 août 2013 294 +47
24 août 2013 300 +6
25 août 2013 309 +9
26 août 2013 320 +11
27 août 2013 327 +7
28 août 2013 345 +18
29 août 2013 377 +32
30 août 2013 419 +42
31 août 2013 439 +20
1er septembre 2013 443 +4
2 septembre 2013 500 +57
3 septembre 2013 517 +17
4 septembre 2013 518 +1
5 septembre 2013 521 +3
6 septembre 2013 527 +6
7 septembre 2013 529 +2
8 septembre 2013 531 +2
9 septembre 2013 531 /
10 septembre 2013 532 +1
11 septembre 2013 535 +3
2 novembre 2013 625 +90

Objectif 1000 réponses :

62,5%

Remplir le questionnaire

Lien connexe

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Une première expérience de questionnaire en ligne

Faire des recherches de doctorat, c’est apprendre tous les jours. En partie parce que la formation que l’on reçoit à l’université en bachelier ou en master tend à nous professionnaliser plutôt qu’à nous former à la recherche, ce qui est légitime étant donné le très faible pourcentage de diplômés qui s’engageront par la suite sur la voie académique, et en partie parce qu’on ne peut pas tout connaître de la foule d’outils qui existent.

« Les questionnaires de recherche sont laids »

Par exemple, il m’est venu à l’idée il y a quelques mois que ma thèse aurait un caractère plus humain si je pouvais recueillir l’avis et l’expérience d’Alice qu’ont un certain nombre de lecteurs. Or, moi aussi, je reçois pas mal de questionnaires à remplir via le webmail de l’UMONS, et je les remplis parce que je sais à quel point on peut avoir l’impression qu’on est seul au monde quand on entreprend des recherches. J’ai donc donné mon avis sur les canaux de diffusion de la culture, donné une approximation de ma consommation d’antidouleurs et estimé sur une échelle de un à cinq mon degré de satisfaction quant au revêtement des autoroutes. Je ne mets pas en doute la pertinence de ces études. Le problème, c’est la manière dont elles sont présentées. L’aspect de ces formulaires donne en général l’impression, au mieux, de remplir sa feuille d’impôts, au pire, de tenter d’échapper au goulag. La raison à cela ? Les formulaires qu’on reçoit sont laids.

C’est là qu’on peut remarquer une fois de plus la différence qui existe entre le monde académique et le monde commercial. Quand nous recevons une étude marketing (et nous en recevons un paquet!), le formulaire est toujours joli et dynamique. Ce qui fait que même si le produit qu’on tente de nous vendre ne présente aucun intérêt immédiat, nous avons tout de même l’œil attiré. Lorsque nous recevons un questionnaire à des fins de recherches, il a souvent été codé avec les moyens du bord, parce que les chercheurs n’ont pas les connaissances nécessaires dans le domaine de l’informatique (moi y compris). Les questionnaires de recherche ont invariablement un fond blanc, des cases à cocher bien carrées, et un gros bouton bleu pour confirmer. Bref, c’est très vilain.

À la recherche d’alternatives

Heureusement, il existe d’autres solutions. Ma collègue Jean Roberston de la Faculté de Traduction et d’Interprétation était elle aussi arrivée à la conclusion qu’il fallait chercher de l’aide dans le monde du formulaire user-friendly. C’est pourquoi elle s’est tournée vers FormAssembly (ici), qui est très bien sous tous rapports, notamment les possibilités en termes de modèles de présentation (templates), qui sont pratiquement infinies. Je vous recommande vivement de visiter la page « Featured Templates » sur laquelle on peut voir quelques unes de ces présentations. La prise en main est très aisée puisqu’il existe un tutoriel qui guide vraiment l’utilisateur pas à pas :

Au final, on a un joli formulaire, sympa pour les personnes qui décident d’y répondre, et qui peut être utilisé via les tablettes et autres smartphones. Bien sûr, FormAssembly gère automatiquement les données et produit un rapport statistique. Il y a donc de nombreux avantages à l’utiliser. Cependant, il y a tout de même un bémol : FormAssembly, dans sa version complète, est payant. Les prix ne sont pas abusifs, puisque les quatre formules permettent de trouver une solution rapidement. Par exemple, ils proposent le « Pay as You Go », qui consiste à payer 0,5$ par réponse reçue. La version basique est à 14$ par mois, ce qui reste relativement raisonnable. [Correction du 28/08 suite au commentaire de Jean Roberston ci-dessous — Il existe cependant une version gratuite sans feuille Excel ou XML mais proposant, comme la version payante, les notifications par e-mail et les rapports et tables en ligne. Pour comparer les différentes options, voir ici et cliquez sur « Full Feature List and FAQ »]

Ceci étant, quand on finance ses recherches soi-même (ou même si elles sont subventionnées), on préfère quand même limiter les coûts au maximum et réserver les dépenses extraordinaires aux colloques à l’étranger et autres livres de référence qu’on ne trouve nulle part sauf sur un site d’enchères en ligne à un prix délirant. Un générateur de formulaires gratuits semble donc la meilleure option, et de préférence, sans publicité.

Typeform

C’est Antoine Besnehard, qui travaille au Centre des Langues Vivantes, qui a tweeté la solution.

C’est comme ça que j’en suis venue à Typeform. L’idée ici n’est bien sûr pas de faire de la publicité pour un site plutôt qu’un autre, mais plutôt de partager ma première expérience des formulaires en ligne. Et je dois bien avouer que je suis satisfaite. Typeform est vraiment user-friendly. Je suis presque convaincue qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une quelconque expérience de l’informatique autre qu’Office pour pouvoir en explorer toutes les possibilités.

Les questions sont présentées sous forme de blocs à faire glisser dans votre questionnaire. Presque tout est personnalisable : il est possible de rendre les réponses obligatoires, donner des choix multiples avec l’option « autre », les possibilités de présentations incluent même l’image de fond et le choix des polices de caractères, on peut y inclure des images et des vidéos, bref, le résultat est forcément joli, et tout ça sans devoir avoir les moindres bases en HTML.

Pour ma part, j’ai choisi une police de caractères un peu fantaisiste (après tout, je travaille sur Alice, tout est permis) et un fond relativement neutre, ce qui donne ceci :

En ce qui me concerne, ça me convient, mais il est bien entendu possible de faire bien d’autres choses.

D’autre part, si les résultats de l’enquête peuvent être consultés directement sur votre compte Typeform, ils peuvent en plus être téléchargés sous forme de feuille Excel, ce qui permet de croiser les données plus facilement.

Mais encore fallait-il trouver un moyen pour obtenir des réponses.

Des réseaux sociaux

En 2013, on ne se pose plus vraiment la question, de prime abord, de savoir comment on va diffuser un questionnaire. « Tout le monde est sur Facebook ! », me dira-t-on. Hé bien non. Moi, par exemple, je n’ai plus de page Facebook (grâce à la page How to Delete Your Facebook Account) parce que je n’adhérais plus aux règles de confidentialité flottantes. Heureusement, mon compagnon a eu la gentillesse de poster un lien vers ce questionnaire sur sa page. Il a 297 amis Facebook. Certains de ces amis ont reposté le lien. Ils ont respectivement 598, 253 et 1015 amis. Ce qui fait un total de 2160 personnes ayant potentiellement vu le lien. Admettons qu’un bon tiers n’utilise pas vraiment Facebook, il nous reste 1440 personnes. Admettons ensuite que trois-quarts de ces personnes n’en aie vraiment rien à faire d’un questionnaire sur Alice, cela nous fait tout de même 360 répondants arrivant directement de Facebook, ce qui reste un nombre franchement satisfaisant.

Or, selon Google Analytics, qui part ailleurs peut fournir quantités de renseignements pertinents aux détenteurs d’un site Internet, seuls 151 de mes visiteurs venaient de Facebook. Ceci implique, d’une part, que ces 151 personnes ont effectivement cliqué sur le lien figurant sur le réseau social, mais n’ont pas forcément répondu au questionnaire (puisque Google Analytics donne la source du trafic vers une page et pas les actions qui y sont menées) et d’autre part, que si ce Facebook est pertinent en terme de circulation d’un lien, il ne garantit en rien que les utilisateurs cliqueront dessus. Ceci est bien entendu dû à de nombreux paramètres — comme la surabondance de liens, le désengagement social sur les réseaux virtuels, l’habitude qu’ont les utilisateurs de réseaux sociaux d’ignorer tout de ce qui ressemble de près ou de loin à du spam, le manque d’intérêt personnel pour Alice au pays des merveilles — qui sont tous fort compréhensibles, et probablement d’autres auxquels je n’ai pas pensé. Ce que ça prouve, surtout, c’est que l’utilisation du réseau social virtuel le plus répandu ne garantit en aucun cas le succès d’un formulaire en ligne.

Et par courriel ?

Il faut donc en revenir aux bonnes vieilles méthodes qui ont fait leurs preuves, à savoir les chaînes des courriels. En ce qui me concerne, je déteste ce type de chaînes dans lesquelles l’expéditeur initial supplie ses destinataires de bien vouloir faire suivre un e-mail à tout leur carnet d’adresse. Cependant, faire des recherches implique des compromis. J’ai donc envoyé le fameux courriel à quelques uns de mes contacts (pas question ici de l’envoyer à des personnes qu’on ne connaît que très vaguement), qui l’ont à leur tour envoyé à leurs contacts. Ce qui n’a apparemment pas trop mal fonctionné, si j’en crois les statistiques que me fournit Typeform.

Puisque la dernière question porte sur l’adresse e-mail des répondants, afin de garantir l’authenticité de l’étude (adresses qui ne seront bien entendu révélées à aucune tierce partie), il m’est facile de voir le cheminement de mon courriel de départ. En effet, les noms des domaines se répètent selon un schéma relativement constant. Par exemple, une connaissance m’a dit qu’elle avait envoyé ma demande à un membre de sa famille qui travaille dans une agence publicitaire. Pour cette date, il existe cinq formulaires comportant des adresses e-mail ayant pour nom de domaine le nom de cette agence publicitaire, et quatre adresses ayant des noms de domaine différents mais ressemblants. J’en conclus donc que cette personne a fait suivre l’e-mail d’origine à ses collègues et partenaires commerciaux.

L’e-mail circule donc. Les réponses sont moins massives que via Facebook, mais elles s’inscrivent plutôt dans la durée. Les utilisateurs de Facebook qui ont répondu à mon questionnaire l’on fait au cours des deux heures suivant la publication du lien sur leur réseau social, alors que les réponses consécutives à la chaîne de courriels continuent à arriver plus de soixante-douze heures après l’envoi du mail.

« Le sondage est le jeu de mots des chiffres » (Albert Brie)

Me voilà donc aujourd’hui, le 22 août 2013. Mon questionnaire a été lancé il y a quatre jours et a obtenu 250 réponses. J’ai été contrainte d’en supprimer trois parce que les adresses e-mail fournies étaient du style « pasdemail@gmail.com » (pour la plus polie) et ne pouvaient pas garantir que les formulaires concernés avaient été remplis par des personnes réelles.

Obtenir 247 réponses, ce n’est déjà pas si mal. Mais comment savoir si c’est suffisant ? Des tendances se dégagent bien entendu des chiffres dont je dispose déjà, mais est-ce assez ? Quel est le nombre « à atteindre » pour qu’une étude soit pertinente ?

J’ai cherché des réponses un peu partout sur la toile. Les premiers avis sur lesquels on tombe sont ceux des spécialistes du marketing. Selon ceux-ci, une étude est considérée comme une réussite si au moins 50% des personnes sollicitées ont répondu au questionnaire en ligne. Cette vision des choses nous pose deux problèmes :

1- La recherche en sciences humaines n’est pas du marketing ;
2- Il est impossible, vu les méthodes de diffusion employées dans le cadre du présent questionnaire, de déterminer combien de personnes ont effectivement été sollicitées ;

J’ai ensuite pu me rendre compte qu’il était très difficile de déterminer combien de réponses pouvaient garantir la validité d’une étude en sciences humaines, en raison du manque de littérature sur le sujet. En ce qui me concerne, je me suis fixé comme objectif d’atteindre les 1000 réponses. Voilà qui peut paraître énorme et délirant, mais je pense que c’est faisable. Je n’ai pas besoin des données que me fournira le questionnaire dans l’immédiat ; je peux donc me permettre d’attendre un peu. Je ne connais bien sûr pas 1000 personnes (et honnêtement, je ne sais pas où les trouver), mais à l’échelle de la Francophonie, ça ressemble vraiment à une goutte d’eau dans l’océan.

Lien connexes :

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Un petit questionnaire

Vous trouverez un tout petit formulaire de rien du tout sur votre expérience des Aventures d’Alice au pays des merveilles ci-dessous ou en suivant ce lien. Merci d’avance !

Liens connexes

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Paratexte ou “énonciation éditoriale” : comment le livre parle au lecteur

« Paratexte ou “énonciation éditoriale” : comment le livre parle au lecteur » sera le thème de la septième saison du séminaire de recherche du groupe de travail « Livre : création, culture et société » du CHCSC.

Le groupe de travail « Livre : création, culture et société » du Centre d’histoire Culturelle des sociétés contemporaines (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), constitué de chercheurs d’origines diverses (histoire, littérature, sociologie, anglais, sciences de l’information et de la communication, esthétique), aborde la question du livre, des métiers et des pratiques qui en dépendent.
Ses activités se déroulent au pôle des métiers du livre de Saint-Cloud (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud).
Cette année, se tiendra la septième saison de son séminaire de recherche, ouvert à tous les étudiants et enseignants chercheurs, sur le thème annuel « Paratexte ou “énonciation éditoriale” : comment le livre parle au lecteur ».

Lire la suite sur le site du Magasin des enfants →

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Born Happy. Happiness, Childhood ans Children’s Literature: call for papers

16th November 2013, St Hilda’s College, Oxford

www.childlithappiness.wordpress.com

 ‘Novels, like paintings or music or sport, should hold out to children the promise of happiness, and the certainty of laughter.’ (Fred Inglis)

 Jean-Jacques Rousseau claims that children are born innocent and happy: all their educators need to do is protect this natural state of childhood from being contaminated by society. In the last few years, however, a radical reassessment of happiness has taken place in critical theory, through thinkers such as Sara Ahmed and Lauren Berlant. They point to the social construction of the idea of happiness, how it varies over history and geography, and is based on predominating social values. As such, “happiness” can work as an ideology that welcomes some kinds of lifestyles and excludes others. In particular, they emphasise the difference that gender and sexuality makes to conventional models of a “happy” life. Their resituating of happiness as a normative and often oppressive ideology brings us the opportunity to reassess the place of happiness in children’s literature.

Read more →

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les nouveaux livres-objets

« Appel à contributions pour Le Français aujourd’hui – n° 186 – juin 2014 envoi des propositions: 30 septembre 2013

Coordination: Florence GAIOTTI, Chantal LAPEYRE-DESMAISON & Brigitte MARIN

Les nouvelles formes qui apparaissent dans le champ de la littérature de jeunesse métamorphosent les représentations les plus usuelles de l’acte de lire et concourent à une redéfinition – en extension – de la lecture. Le numéro 186 de la revue Le français aujourd’hui se donne pour objectif de recenser de manière très ouverte les métamorphoses que subit l’album dans la période contemporaine. Il importera dans ce contexte de ne pas se limiter à l’album papier, mais d’intégrer la dimension du numérique, pour analyser la singularité de ces créations nouvelles. »

Lire la suite sur le site du Magasin des enfants →

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

The Common Denominator 2014

« In ancient Greece, the Pythagoreans worshipped perfect numbers and turned them into musical scales. Two thousand years later, Nicolaus Copernicus still heard their sound in the perfection of the universal spheres. Numerologists, alchemists and the Gnostics all attempt to explain the mysteries of the universe with the precision and beauty of mathematics. And what would the voluptuous garments displayed in Renaissance painting be without the clear lines and structured order of geometry? Already these few examples show that mathematics has always been more than is commonly represented in popular culture in the wider British context.

Organised by members and PhD students of the Institute for British Studies of Leipzig University, the aim of this three-day interdisciplinary conference (20-22 March 2014) is to bring together researchers from diverse academic and professional disciplines. By establishing mathematics as the common denominator between the individual panels, the links between mathematics and cultural studies are brought into focus. The conference will explore the reception and representation of mathematical concepts across such diverse fields as popular culture, literature, linguistics and didactics.We invite proposals of 250-300 words for papers of 20 minutes length from postgraduate students and established scholars. Suggested topics may include, but are not limited to the following fields:

  • Philosophy: mathematics in history, philosophy and religion, e.g. John Dee
  • Politics: mathematics and gender, the British Empire, and Bletchley Park
  • Popular Culture: mathematics and their influence on everyday life, recreational mathematics
  • The Arts: representations of mathematics in film, the Fine Arts, music, architecture, the aesthetics of mathematical symbols
  • Literature: representations of mathematics and mathematicians in literature, mathematical imagery

Proposals should include up to four keywords and indicate a critical approach or theoretical framework. Owing to the international character, the conference language is English. Please e-mail your submissions either as a word document or PDF by 30 June 2013 to the following address:

denominator@uni-leipzig.de

If you have any questions, please do not hesitate to contact the organisers, Felicitas Hanke, Franziska Kohlt, Andrea Radziewsky, Rita Singer, and Kati Voigt. »

For more relevant information on this conference, please visit The Common Denominator 2014 Tumblr or click on the image:

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter