Swarovski s’y met aussi

Chat cheshire

Alice et son univers sont présents partout. Absolument partout. Il est impossible de leur échapper. Mon opinion est peut-être légèrement biaisée en raison de mon implication dans ce domaine, mais force est de constater que si on y prête attention, Alice est vraiment partout. 

Le joaillier autrichien Swarovski n’échappe pas à la règle. Voilà que la thématique Alice a envahi la collection, déclinée en quatre univers : Tea Party, Flower Garden, Water Pipe, et l’inévitable (et aussi, de loin mon préféré) Cheshire Cat.

Pour en savoir plus

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Bibliographie: La piste des interprétations psychanalytiques d’Alice

La question des interprétations psychanalytiques (ou psychologiques, for the matter) d’Alice est une question qui revient sans cesse lorsqu’on s’attaque à des recherches sur cette œuvre. Toute tentative d’y échapper est vouée à l’échec, comme je l’ai appris à mes dépens.

Après m’être résolue à en apprendre plus à ce sujet – ce qui est plutôt amusant, car pour paraphraser le Chapelier fou, « il est impossible d’en apprendre moins » – j’ai trouvé utile de profiter de l’occasion pour expliquer ici comment se déroule une recherche bibliographique classique sur le sujet d’Alice.

De manière générale, toute recherche bibliographique carrollienne s’articule inévitablement autour de trois ouvrages: The Annotated Alice de Martin Gardner (1999, Definitive Edition), Aspects of Alice, sous la direction de Robert Phillips (1971) et Lewis Carroll: A Celebration sous la direction d’Edward Guiliano (1982). Quel que soit l’angle sous lequel on entreprend une recherche, quel que soit le thème abordé, ces trois ouvrages finissent toujours par refaire surface et ce pour une raison très simple: ils sont très complets.

Le voyage commence généralement par l’ouvrage de Martin Gardner, et plus précisément par sa bibliographie, car en plus des annotations qui sont extrêmement pratiques, ce livre présente l’avantage de disposer d’une bibliographie particulièrement fouillée.

Voici la liste telle qu’on la trouve dans l’Annotated Alice de Martin Gardner :

  • “Alice in Wonderland Psycho-Analyzed.” A.M.E. Goldschmidt. New Oxford Outlook (May 1933).
  • “Alice in Wonderland: the Child as Swain.” William Empson. In Some Versions of Pastoral. 1935. The U.S. edition is titled English Pastoral Poetry. Reprinted in Art and Psychoanalysis. Edited by William Phillips. 1957. [disponible en ligne]
  • “Psychoanalyzing Alice.” Joseph Wood Krutch. The Nation 144 (Jan. 30, 1937): 129-30.
  • “Psychoanalytic Remarks on Alice in Wonderland and Lewis Carroll.” Paul Schilder. The Journal of Nervous and Mental Diseases 87 (1938): 159-68.
  • “About the Symbolization of Alice’s Adventures in Wonderland.” Martin Grotjahn. American Imago 4 (1947): 32-41.
  • “Lewis Carroll’s Adventures in Wonderland.” John Skinner. American Imago 4 (1947) 3-31.
  • Swift and Carroll. Phylis Greenacre. 1955.
  • All on a Golden Afternoon.” Robert Bloch. Fantasy and Science Fiction (June 1956). A short story burlesquing the analytic approach to Alice.

Les essais de Goldschmidt, Schilder, Skinner, Grotjahn et Empson sont repris dans Aspects of Alice: Lewis Carroll’s Dreamchild as Seen Through the Critics’ Looking-Glasses.

Le premier élément qui saute aux yeux quand on consulte cette liste, c’est qu’aucun des textes qui y sont cités n’est postérieur à 1956. Or, de nombreuses références que Gardner a choisi de faire figurer dans son Annotated Alice sont bien plus récentes que cela, certaines allant jusqu’aux années 1990.

Il est à noter que cette liste comporte six textes traitant sérieusement de psychanalyse appliquée et un texte tournant cette approche en ridicule.

À cette liste, il faut ajouter :

  • « ‘Everything is Queer To day’: Lewis Carroll’s Alice Through the Jungian Looking Glass. » Clifton Snider [en ligne]

Clifton Snider, professeur émérite à l’Université d’État de Californie à Long Beach, liste à son tour les références qui lui ont permis d’envisager Alice sous l’angle de la psychanalyse. Outre les journaux « intimes » (le terme « intime » étant un peu galvaudé dans le cas des journaux de Lewis Carroll car ils relevaient plutôt de la chronique que de notes à lui-même et ont été, pour la plupart, publiés depuis longtemps, à l’exception de ce que sa famille a cru bon de faire disparaître) qui figurent sur toutes les bibliographies, on trouve de nombreux articles issus d’Aspects of Alice qui ne traitent pas spécifiquement de psychanalyse, des biographies de l’auteur, le classique Life and Letters of Lewis Carroll qu’on ne cite plus, ainsi que:

  • Hillman, James. The Dream and the Underworld. New York: Harper, 1979.
  • Newman, Cathy. “The Wonderland of Lewis Carroll.” National Geographic June 1991: 100-29.
  • Snider, Clifton. « The Stuff That Dreams Are Made On: A Jungian Interpretation of Literature.«  Wilmette, IL: Chiron Publications, 1991.
  • Woolf, Virginia. “Lewis Carroll.” The Moment and Other Essays. By Virginia Woolf. New York: Harcourt, 1948. 81-83.
  • Demurova, Nina. “Toward a Definition of Alice’s Genre: The Folktale and Fairy-tale Connections.” Lewis Carroll: A Celebration, Essays on the Occasion of the 150th Anniversary of the Birth of Charles Lutwidge Dodgson. Ed. Edward Guilinano. New York: Clarkson N. Potter, 1982.

Cette dernière référence permet d’orienter la recherche vers un autre ouvrage capital lorsqu’il s’agit de faire des recherches sur Alice ou sur Carroll, à savoir Lewis Carroll: A Celebration, qui constitue, tout comme Aspects of Alice, un ensemble d’articles sur le sujet. Il est le troisième ouvrage inévitable.

Aspects of Alice, cité à maintes reprises plus haut, comporte, en plus des essais déjà mentionnés, d’autres textes relatifs aux interprétations freudiennes d’Alice :

  • « From ‘The Character of Dodgson as revealed in the Writings of Carroll’. » Phyllis Greenacre (1955)
  • « From ‘Further insights’. » Géza Róheim (1955)
  • « From ‘The Thinking of the Body’: Comments on the Imagery of Catharsis in Literature’. » Kenneth Burke (1966)

Voilà qui nous apporte un panorama livresque plutôt intéressant, qu’il convenait de compléter par une recherche sur Internet. Le moteur de recherches que j’emploie est Google, comme une très grande majorité des internautes.

Les mots-clés « Alice’s Adventures in Wonderland psychoanalysis » m’ont permis de trouver:

  • L’article « Freudian Psychoanalysis » qui s’intéresse aux lapsus (en anglais). Cet article figure sur le site Welcome to Wonderland qui est en fait un outil développé dans le cadre d’un projet scolaire collaboratif sur Alice s’attachant à étudier The Annotated Alice. Il contient d’autres articles sur le symbolisme d’Alice et a ceci d’intéressant que, puisqu’il s’agit d’un projet collaboratif, les hypothèses sont commentées et permettent d’orienter la réflexion du lecteur.

Abstraction faite des divers liens vers Enote et Sparknote (des outils d’étude à disposition d’étudiants de tous niveaux où l’on trouve tout et n’importe quoi), on trouve aussi un lien vers le Victorian Web, sans réelle surprise, d’ailleurs, car toute recherche sur Alice finit toujours par mener vers cette plateforme :

  • “ ‘We’re all mad here. I’m mad. You’re mad.’ The Alice Books and the Professional Literature of Psychology and Psychiatry. » Jason Beckman, 2012. [lien]

Cet article se base majoritairement sur les textes que l’on peut trouver dans Aspects of Alice, mais présente tout de même un nouveau venu dans sa bibliographie :

  • Solomon, J.C. “Alice and the Red King — The Psycho-Analytic View of Existence.” The International Journal of Psychoanalysis 44 (1963): 63-73 [lien vers l’abstract]

La recherche Google permet aussi de trouver:

  • « Alice in Theoryland: Psychoanalysis in Alice’s Adventures in Wonderland. » Matthew Gorgans, Mercer University, 2011 [lien vers l’abstract]

La plupart des autres résultats Google sont des résultats commerciaux ou des résultats dont les sources n’inspirent guère confiance. Cependant, d’autres recherches sont possibles.

Ainsi, les mêmes mots-clés introduits dans une recherche Google Books (ne prenant donc en compte que les livres publiés et non les articles de presse, les blogs ou les sites publicitaires), nous trouvons, en plus des sources que nous connaissons déjà et dont la redondance avec laquelle elles apparaissent dans les résultats nous laisse à penser qu’elles sont très souvent citées:

  • Essential papers on literature and psychoanalysis, Emanuel Berman (Éditeur), New York, New York University press, 1993
  • Psychoanalysis and literature, Hendrik Marinus Ruitenbeek, Dutton, 1964

Par contre, une recherche avec Google Scholar, qui vise à ne prendre en compte que les articles et publications scientifiques, ne donne comme références que les articles déjà répertoriés dans Aspects of Alice et The Annotated Alice.

En conclusion, la recherche bibliographique dans le domaine des analyses psychanalytiques d’Alice ressemble bien à toutes les recherches bibliographiques qui portent sur cette œuvre de Lewis Carroll :  elle s’articule principalement autour des trois livres cités en introduction, et s’il existe d’autres articles consacrés au sujet, ils y puisent malgré tout leurs références. C’est pourquoi je considère que toute démarche bibliographique autour d’Alice doit toujours commencer par ces trois ouvrages papier, et ce bien que nous soyons à l’heure de la recherche électronique. 

________________________________________________

Pour télécharger cette bibliographie au format PDF, cliquez sur le logo:

Notepad

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Alice in Wonderland from a Freudian perspective (funny graph)

via

 

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Images d’Alice, au pays des merveilles…

En savoir plus →

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Call for papers: Towards Common Ground: Philosophical Approaches to Children’s Literature

Children’s Literature Center
Faculty of Education
University of Cambridge
30 March – 1 April 2012
 

The Child and the Book 2012 aims to examine the foundations of children’s literature criticism. Taking a philosophical approach, we intend to find some common ground among the increasingly scattered areas of research, to think about definitions, and to work towards a more coherent framework. How can philosophical perspectives benefit our discipline? Conversely, how can children’s literature research contribute to the field of philosophical knowledge?

Read more →

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Alice in Wonderland exhibition at the Tate Liverpool

Lewis Carroll’s timeless novels, Alice’s Adventures in Wonderland and Through the Looking Glass, have fascinated children and adults alike since their publication over 150 years ago. Alice in Wonderland at Tate Liverpool is the first exhibition of its kind to explore how Lewis Carroll’s stories have influenced the visual arts, inspiring generations of artists. The exhibition will provide insight into the creation of the novels and the inspiration they have provided for artists through the decades.

The starting point for the exhibition is Carroll’s original manuscript, written in 1864 as a present for ten year old Alice Liddell. Carroll’s own illustrations ensured that images were central to the story, creating a visual world which took on a life of its own.

Read more →

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter