Les nouveaux livres-objets

« Appel à contributions pour Le Français aujourd’hui – n° 186 – juin 2014 envoi des propositions: 30 septembre 2013

Coordination: Florence GAIOTTI, Chantal LAPEYRE-DESMAISON & Brigitte MARIN

Les nouvelles formes qui apparaissent dans le champ de la littérature de jeunesse métamorphosent les représentations les plus usuelles de l’acte de lire et concourent à une redéfinition – en extension – de la lecture. Le numéro 186 de la revue Le français aujourd’hui se donne pour objectif de recenser de manière très ouverte les métamorphoses que subit l’album dans la période contemporaine. Il importera dans ce contexte de ne pas se limiter à l’album papier, mais d’intégrer la dimension du numérique, pour analyser la singularité de ces créations nouvelles. »

Lire la suite sur le site du Magasin des enfants →

Justine Houyaux

Après l’obtention d’un master en traduction, Justine Houyaux s’est lancée dans l’aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d’Interprétation de l’UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d’ « Alice’s Adventures in Wonderland » et de « Through the Looking-Glass and What Alice Found There » de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

The Common Denominator 2014

« In ancient Greece, the Pythagoreans worshipped perfect numbers and turned them into musical scales. Two thousand years later, Nicolaus Copernicus still heard their sound in the perfection of the universal spheres. Numerologists, alchemists and the Gnostics all attempt to explain the mysteries of the universe with the precision and beauty of mathematics. And what would the voluptuous garments displayed in Renaissance painting be without the clear lines and structured order of geometry? Already these few examples show that mathematics has always been more than is commonly represented in popular culture in the wider British context.

Organised by members and PhD students of the Institute for British Studies of Leipzig University, the aim of this three-day interdisciplinary conference (20-22 March 2014) is to bring together researchers from diverse academic and professional disciplines. By establishing mathematics as the common denominator between the individual panels, the links between mathematics and cultural studies are brought into focus. The conference will explore the reception and representation of mathematical concepts across such diverse fields as popular culture, literature, linguistics and didactics.We invite proposals of 250-300 words for papers of 20 minutes length from postgraduate students and established scholars. Suggested topics may include, but are not limited to the following fields:

  • Philosophy: mathematics in history, philosophy and religion, e.g. John Dee
  • Politics: mathematics and gender, the British Empire, and Bletchley Park
  • Popular Culture: mathematics and their influence on everyday life, recreational mathematics
  • The Arts: representations of mathematics in film, the Fine Arts, music, architecture, the aesthetics of mathematical symbols
  • Literature: representations of mathematics and mathematicians in literature, mathematical imagery

Proposals should include up to four keywords and indicate a critical approach or theoretical framework. Owing to the international character, the conference language is English. Please e-mail your submissions either as a word document or PDF by 30 June 2013 to the following address:

denominator@uni-leipzig.de

If you have any questions, please do not hesitate to contact the organisers, Felicitas Hanke, Franziska Kohlt, Andrea Radziewsky, Rita Singer, and Kati Voigt. »

For more relevant information on this conference, please visit The Common Denominator 2014 Tumblr or click on the image:

Justine Houyaux

Après l’obtention d’un master en traduction, Justine Houyaux s’est lancée dans l’aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d’Interprétation de l’UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d’ « Alice’s Adventures in Wonderland » et de « Through the Looking-Glass and What Alice Found There » de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Alice texts

As the copyrights on both Alice books and on the Tenniel pictures have expired, here are links to .pdf of Alice’s Adventures in Wonderland and Through the Looking-Glass. If you want to download them, just right click and choose ‘Save target as…’.

  • And also Alice’s Adventures in Wonderland exists for Kindle for free on Amazon.

Justine Houyaux

Après l’obtention d’un master en traduction, Justine Houyaux s’est lancée dans l’aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d’Interprétation de l’UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d’ « Alice’s Adventures in Wonderland » et de « Through the Looking-Glass and What Alice Found There » de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vogue’s Alice in Wonderland

This isn’t new as it dates back to 2003 but it is worth seeing. As the issue focused on Alice in Wonderland through the fashion-lenses (apparently), Vogue chose Annie Leibovitz to shoot supermodel Natalia Vodianova in Versace, Galliano, Gaulthier, etc. outfits.

Cover

This first image was a good surprise as it avoids the hypersexualization one could have expected when using garments from designers (the whole thing would have been totally different with Dolce&Gabanna clothes, we’re pretty lucky here). Plus, there is something of Lewis Carroll photographer in this composition, just like he liked to photograph girls in postures that were not that natural, sometimes dressed up, with some bushes in the background, like in this photo of Alice Liddell:

AL

Or when he photographed Xie Kitchin:

Xie

ca. 1875 – Albumen print Collection of Carla Emil and Rich Silverstein

Even the fainting sofa on which the little girl is lying looks a lot like the one on the cover page, which is also used on the last picture of the set:

The Belgian designer and model Olivier Theyskens plays the role of Lewis Carroll, which is quite disturbing as the English author would not have been caught dead with his shirt unbuttoned. Nevertheless, it is clear that Annie Leibovitz had seen the work of Carroll as a photographer before starting her own work on the topic of Alice.

See the rest of the photographs on Wicked Halo.

Justine Houyaux

Après l’obtention d’un master en traduction, Justine Houyaux s’est lancée dans l’aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d’Interprétation de l’UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d’ « Alice’s Adventures in Wonderland » et de « Through the Looking-Glass and What Alice Found There » de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

David Buckingham, La mort de l’enfance. Grandir à l’âge des médias

Le texte intégral de la note de lecture que j’ai écrite l’année dernière pour Questions de Communication est en ligne.

 

Justine Houyaux

Après l’obtention d’un master en traduction, Justine Houyaux s’est lancée dans l’aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d’Interprétation de l’UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d’ « Alice’s Adventures in Wonderland » et de « Through the Looking-Glass and What Alice Found There » de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Alice in Wonderland and its Contribution to Transmedia Storytelling

Cette présentation a été réalisée par Barbara Kaminska et Alessandro Nanni en 2011. Elle porte sur l’apport d’Alice in Wonderland aux théories des narrations transmédias. Je l’ai choisir parce qu’elle établit très clairement les liens entre les théories d’Henry Jenkins et le cas particulier d’Alice (en anglais).

Justine Houyaux

Après l’obtention d’un master en traduction, Justine Houyaux s’est lancée dans l’aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d’Interprétation de l’UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d’ « Alice’s Adventures in Wonderland » et de « Through the Looking-Glass and What Alice Found There » de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Présentation au séminaire de comparaison de traductions

Le 15 mars dernier, Mme Piette, professeure à la Faculté de Traduction et d’Interprétation de l’UMONS, a eu la gentillesse de m’inviter à faire une présentation devant les étudiants de 1ère année de master et de master complémentaire qui assistent à son séminaire de comparaison de traductions. Cette présentation portait sur la sélection des traductions et sur l’aspect déterminant du choix du critère de comparaison. Je tiens donc cette présentation à disposition des étudiants qui souhaiteraient la revoir (cliquez sur l’image) :


Justine Houyaux

Après l’obtention d’un master en traduction, Justine Houyaux s’est lancée dans l’aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d’Interprétation de l’UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d’ « Alice’s Adventures in Wonderland » et de « Through the Looking-Glass and What Alice Found There » de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Exposition Alice in Wonderland (Tate Liverpool)

banner

Comme j’y faisais référence dans un billet précédent, je me suis rendue à l’exposition Alice in Wonderland à la Tate Liverpool en janvier. Je suis absolument ravie d’avoir pu parcourir les trois étages exclusivement consacrés à Alice car ils m’ont permis de voir les choses sous un angle tout différent de celui sous lequel on voit traditionnellement le texte de Lewis Carroll.

(© Justine Houyaux)

Située sur l’Albert Dock, la Tate Liverpool jouit d’une localisation idéale pour diriger le visiteur vers son entrée. Les couleurs vives de ses colonnes contrastent avec les briques rouges qui entourent un ancien bassin. Derrière elle, la Mersey s’écoule paisiblement, tandis que passe au loin un car amphibie d’un jaune criard. Il fait un peu gris. Le soir tombe. C’est le moment idéal, entre deux états du jour, pour visiter une exposition qui m’entraînera, je l’espère, vers l’énigmatique pays des Merveilles.

(© Justine Houyaux)

Cette incursion dans le monde d’Alice débute par une étrange surprise. En effet, à l’entrée, le personnel de la Tate encourage le visiteur à commencer sa visite par une salle située au rez-de-chaussée qui présente des installations contemporaines. Sur le moment, commencer par là ne semble pas incongru, mais le doute s’installe quand on franchit le seuil des salles suivantes. Cette première salle présente en fait des œuvres contemporaines dans lesquelles des artistes expliquent leur point de vue sur Alice. On notera particulièrement:

1. Tate Touche from My Madinah: in pursuit of my ermitage de Jason Rhoades, 2004 – Il est particulièrement difficile de décrire cette œuvre car elle est très complexe. En résumé, il s’agit d’une installation d’enseignes lumineuses au néon, qui m’ont fait l’impression d’être au nombre d’une quarantaine, pendues au plafond par des câbles électriques. Elles sont allumées et certaines d’entre elles comportent des allusions littérales à Alice (« Drink me », « grinning », etc.) sans pour autant que le texte soit réellement la source d’inspiration principale de l’artiste. L’ensemble est une masse confuse, presque informe et multicolore. [Image ici]

2. Nyima 438 d’Annelies Strba, 2009 – Ce tableau représente une sorte de collage infographique d’images (avant-plan, arrière-plan) représentant une petite fille endormie dans un sous-bois. Elle porte une robe immaculée et est entourée de petites taches blanches que l’on peut voir à la fois comme de petites fleurs ou des étincelles de magie. Il est bien plus aisé ici de voir le lien qui existe entre cette œuvre et Alice, car il est manifeste que la petite fille est en train de rêver. Une autre toile est exposée sur le mur perpendiculaire, Nyima 445, sur le même thème, sauf que la petite fille porte une robe rouge à pois blancs et qu’une certaine angoisse se dégage du tableau là où Nyima 438 montrerait plutôt de la sérénité.

3. Measurement: Eye-Level Peimeter (Ask Alice) de Mel Bochner – De loin mon œuvre préférée de cette première salle, principalement parce qu’elle est très amusante et que sa manière de faire allusion à Alice est irrésistible. En réalité, cette installation qui est d’une simplicité déconcertante prend toute la pièce. Concrètement, une ligne noire horizontale d’à peu près trois centimètres de large est peinte tout le long des murs, à deux mètres du sol, seulement coupée, sur le mur droit par 854″ et par l’image en miroir de cette même mesure sur le mur gauche. Sur les deux murs du fond, la ligne mesure 416″, et les colonnes de la pièce, qui comportent elles une ligne verticale, montrent 108″. C’est ici que réside tout l’humour de cette création : les lignes ne sont rien d’autre que le périmètre de la pièce, et les mesures qui y figurent permettent de le calculer. « Pourquoi ? » se demandera le spectateur. Tout simplement parce que les dimensions, dans Alice au pays des Merveilles, sont capitales. Alice ne cesse de changer de taille, jusqu’à ne plus savoir quelle était sa taille de départ. Et là voilà bientôt, alors qu’elle essaie de se souvenir de ses leçons, tenter d’énoncer la formule qui permet de calculer le périmètre. C’est cet instant que représente Measurement. [Réflexion sur l’œuvre par Nick Cass sur le Leeds University Art Gallery and Museum Studies Blog]

Le visiteur est ensuite invité à se rendre dans les étages, où la plus grande partie de l’exposition l’attend. Et c’est là que le choc se produit. Exit, les murs blancs, les néons fluo, les toiles contemporaines. On entre ici de plain-pied dans l’Angleterre victorienne qui a donné naissance à Alice. Les murs sont couverts de velours rouge. Les toiles sont encadrées de lourdes moulures de bois, comme autant de fenêtres sur un monde pas si éloigné. On est loin du pays des Merveilles. Tout ici est réaliste et concret. Il n’est plus question de montrer ce qu’est l’univers d’Alice, mais bien de documenter les circonstances de la naissance d’une œuvre majeure. Tout dans cette pièce est sérieux, bien rangé, soigneusement étiqueté. Et pour cause, nous entrons dans le cabinet de Charles L. Dodgson, pas dans la tête de Lewis Carroll. Et ça aussi, c’est extrêmement intéressant. 

La plupart des objets présentés appartiennent soir à Edward Wakeling, dont on a l’impression que l’intégralité de la collection attendait son jour de gloire et qu’il est enfin venu, soit à Mark Richards, le président de la Lewis Carroll Society, soit, dans une moindre proportion, à la British Library, quelques collectionneurs privés américains ou à la famille Dodgson.

Le premier tableau, exposé face à l’entrée, est tout simplement Alice in Wonderland de George Dunlop Leslie, peint en 1879. On y voit une femme, assise sur un canapé rayé, lisant un petit livre relié de cuir. Une petite fille est appuyée contre elle. Le tout semble très classique. Cependant, le live ressemble curieusement à la première édition d’Alice. Et si toutefois ce détail était insuffisant pour l’œil distrait du spectateur, la petite fille à moitié assoupie qui jette un regard curieux aux visiteurs porte une robe bleue et un tablier blanc, tenue que l’on attribue traditionnellement à Alice et ce depuis le début, bien avant Disney, comme en atteste un service à thé en porcelaine décoré des illustrations de Tenniel – en couleurs ! – de la fin du XIXe siècle exposé plus loin. 

Ailleurs dans la même salle, on trouve aussi des traductions d’Alice dans de nombreuses langues, des lettres de Charles L. Dodgson, son album de coupures de presse, son appareil photographique, des brouillons d’illustrations de sa main, tous les dessins originaux de Tenniel qui ont servi à illustrer Alice in Wonderland, mais surtout, contre un mur, dans une vitrine, le manuscrit d’Alice’s Adventures Under Ground, celui-là même qu’avait offert Lewis Carroll à Alice Liddell, celui par lequel tout a commencé, celui qu’il a écrit à la main, celui, enfin, qui a été vendu pour la dernière fois en 1946 pour la somme alors délirante de 50.000 livres, prix qui était malgré tout considéré comme très bas puisqu’il était le symbole de la bonne volonté américaine de restituer cet ouvrage à la Grande-Bretagne.

Personnellement, si j’avais été commissaire de l’exposition, j’aurais sans doute posté un garde de faction jour et nuit à côté de cette vitrine. J’aurais probablement placé un système d’alarme très visible, et j’aurais moi-même campé dans un recoin de la pièce pour mieux observer les moindres faits et gestes de tous les visiteurs dans un rayon de quinze mètres. Mais ces précautions semblent superflues à la Tate. Ici, pas de risque qu’un maniaque brise la vitre et s’enfuie avec le manuscrit ou ne colle des doigts couverts de gras sur la fine vitre qui sépare le spectateur du texte. Un coup d’œil sur la dédicace, en première page du manuscrit, nous rappelle que Carroll/Dodgson avait offert le petit volume à la « vraie » Alice, ce qui nous en dit long sur le skopos auquel auraient sans doute dû prêter plus d’attention les traducteurs français qui se sont attaqués à l’œuvre, des dizaines d’années plus tard. [Pour en savoir plus sur le manuscrit, veuillez consulter la bibliothèque en ligne de la British Library]

(© British Library)

Toujours dans cette salle, le visiteur pourra s’extasier devant la diversité des artefacts sur le thème d’Alice in Wonderland. Du papier peint aux cartes à jouer, en passant par les automates, les boîtes à musique, les couverts, les jeux, le tout datant du XIXe siècle, il y a de quoi satisfaire tous les goûts, tous les sens esthétiques, toutes les curiosités.

La salle suivante nous éloigne de l’univers de Dodgson pour nous rapprocher de celui d’Alice Liddell. On y voit des tableaux et des photographies, certaines prises par Dodgson lui-même, d’elle et de sa famille. Des portraits, des lettres et des coupures de journaux viennent compléter la biographie d’ « Alice dans l’après-Alice ».

Et c’est là que le visiteur entre à nouveau dans le monde des interprétations d’Alice. Ici, on trouve des éditions plus modernes du livre, des illustrations d’artistes de réputations variables (dont le point d’orgue est sans aucun doute la série d’œuvres originales qu’avait peintes Salvador Dali pour illustrer une édition française des Aventures d’Alice au pays des Merveilles). Cependant, malgré la débauche de grands noms, de couleurs et de prétentions illustratives plus ou moins capillotractées, on ne décolle pas. Le visiteur commencera à se lasser de voir et de revoir le lapin blanc sous toutes ses coutures, dadaïstes ou postmodernes. Heureusement, c’est ici que la vidéo entre en scène.

Dans une toute petite pièce, à peine une grosse caisse de béton blanc, à vrai dire, sont projetés en boucle les premiers pas d’Alice dans le monde du cinématographe. Ces petits films du tout début du XXe siècle sont absolument charmants et nous éclairent beaucoup sur la perception « vivante » qu’avaient les artistes de l’époque de ce que devait être leur Alice. Cette pièce fait en outre la transition entre le clivage texte/peinture et les médias modernes.

Plus loin, un projecteur de diapositives montre en boucle des photographies qui rappellent le pays des Merveilles sur fond de musique assourdissante. Une lourde installation de papier semble déverser à tout jamais des pages du livre, qui s’écoulent d’une sorte de corne d’abondance stylisée. Le bizarre English Heritage – Humpty Fucking Dumpty de Bill Woodrow (1987) empile des caisses dans un équilibre instable fait de déchets nucléaires, d’un livre et de parodies de technologie aux accents steampunk, avec un Humpty Dumpty de fer, portant un nœud-papillon rose, assis de guingois à son sommet. La critique de l’ordre établi passe par la certitude que nous avons, instinctivement, que quand le moindre des appuis cèdera, l’œuf de fer s’écrasera au sol. 

À quelques mètres de là, dans une pièce sombre et bien isolée, Douglas Gordon a choisi de présenter son interprétation de Through the Looking-Glass (1999) sous les traits de Robert De Niro dans la scène culte de Taxi Driver où il menace un ennemi imaginaire devant … son miroir (vidéo ici). Le génie de l’artiste, ici, se manifeste par son idée de se placer de l’autre côté du miroir. Le spectateur, une fois dans la pièce a le choix de regarder la projection de la vidéo sur le mur de gauche ou sur celui de droite. Mais en y regardant bien, les deux vidéos projetées ne sont pas les mêmes. Chacune d’elles est l’image inverse de l’autre. C’est comme si nous étions le miroir. Que l’on se tourne vers la gauche ou la droite, les mouvements de De Niro sont inversés. L’idée de miroir est peut-être un peu trop évidente, de prime abord, mais elle est vraiment très intéressante lorsque l’on se rend compte qu’elle est répétée trois fois (le miroir dans le film, l’effet miroir entre les deux vidéos, le spectateur). De plus, un léger décalage entre les deux projections donne l’impression que l’acteur se répond à lui même, provoquant un autre effet miroir, celui-là infini, puisque la vidéo se répète en boucle. Quelqu’un qui aurait placé deux miroirs face-à-face n’aurait certainement pas pu exprimer mieux cet effet.

On trouve également, dans cette dernière pièce, des photographies d’un happening psychédélique organisé par l’artiste japonais Yayoi Kusama autour de la statue d’Alice à Central Park en 1968, une série de photos de Duane Michals, une installation d’Allen Ruppersberg intitulée The Never Ending Book (à laquelle, pour être honnête, je n’ai rien compris) et tout un tas d’autres installations autour du thème des horloges, des montres et du temps.

L’exposition se termine par un couloir blanc sur les murs duquel sont pendus des miroirs. Si on s’approche, on peut distinguer des brides du texte d’Alice dans leur eau. 

En résumé, Alice in Wonderland à la Tate a les défauts des ses qualités. Il était intéressant de présenter Alice dans tous ses états (visuels, sonores, graphiques, textuels, etc.) mais il n’était sans doute pas nécessaire de plonger le visiteur dans un catalogue aussi exhaustif. Au bout de deux heures d’illustrations divers du texte, l’attention retombe et il devient difficile de se concentrer. Il y avait en fait des centaines d’œuvres, et certaines auxquelles je ne fais pas allusion ici n’ont absolument pas retenu mon attention. Je les ai vues sans les voir.

Points négatifs :

  • Trop d’œuvres ;
  • Certaines œuvres présentaient une distance telle avec le sujet qu’il était difficile de saisir le lien qu’il pouvait exister entre elles et l’univers d’Alice ;
  • L’ordre de la visite était incohérent. Commencer par des œuvres contemporaines pour passer au livre qui leur a servi de base puis reprendre le long cheminement des interprétations ne me paraît pas pertinent.

Points positifs :

  • Une réelle séparation entre l’univers de Dodgson et l’univers de Carroll ;
  • Une présentation exhaustive de l’œuvre originale ;
  • Des représentations vraiment inattendues mélangées aux représentations « classiques ».

Mais le point positif le plus intéressant de cette exposition est sans aucun doute le lien qu’il permet d’établir entre le texte et ses représentations à travers plusieurs catégories d’arts et de médias. Ce qui obligera finalement le visiteur à se poser la question : pourquoi ? Qu’est-ce qui, dans Alice, permet de l’adapter aussi facilement ? Chacun y trouvera sa réponse.

L’excellent catalogue de l’exposition est disponible sur Amazon UK.


Justine Houyaux

Après l’obtention d’un master en traduction, Justine Houyaux s’est lancée dans l’aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d’Interprétation de l’UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d’ « Alice’s Adventures in Wonderland » et de « Through the Looking-Glass and What Alice Found There » de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Swarovski s’y met aussi

Chat cheshire

Alice et son univers sont présents partout. Absolument partout. Il est impossible de leur échapper. Mon opinion est peut-être légèrement biaisée en raison de mon implication dans ce domaine, mais force est de constater que si on y prête attention, Alice est vraiment partout. 

Le joaillier autrichien Swarovski n’échappe pas à la règle. Voilà que la thématique Alice a envahi la collection, déclinée en quatre univers : Tea Party, Flower Garden, Water Pipe, et l’inévitable (et aussi, de loin mon préféré) Cheshire Cat.

Pour en savoir plus

Justine Houyaux

Après l’obtention d’un master en traduction, Justine Houyaux s’est lancée dans l’aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d’Interprétation de l’UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d’ « Alice’s Adventures in Wonderland » et de « Through the Looking-Glass and What Alice Found There » de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Bibliographie: La piste des interprétations psychanalytiques d’Alice

La question des interprétations psychanalytiques (ou psychologiques, for the matter) d’Alice est une question qui revient sans cesse lorsqu’on s’attaque à des recherches sur cette œuvre. Toute tentative d’y échapper est vouée à l’échec, comme je l’ai appris à mes dépens.

Après m’être résolue à en apprendre plus à ce sujet – ce qui est plutôt amusant, car pour paraphraser le Chapelier fou, « il est impossible d’en apprendre moins » – j’ai trouvé utile de profiter de l’occasion pour expliquer ici comment se déroule une recherche bibliographique classique sur le sujet d’Alice.

De manière générale, toute recherche bibliographique carrollienne s’articule inévitablement autour de trois ouvrages: The Annotated Alice de Martin Gardner (1999, Definitive Edition), Aspects of Alice, sous la direction de Robert Phillips (1971) et Lewis Carroll: A Celebration sous la direction d’Edward Guiliano (1982). Quel que soit l’angle sous lequel on entreprend une recherche, quel que soit le thème abordé, ces trois ouvrages finissent toujours par refaire surface et ce pour une raison très simple: ils sont très complets.

Le voyage commence généralement par l’ouvrage de Martin Gardner, et plus précisément par sa bibliographie, car en plus des annotations qui sont extrêmement pratiques, ce livre présente l’avantage de disposer d’une bibliographie particulièrement fouillée.

Voici la liste telle qu’on la trouve dans l’Annotated Alice de Martin Gardner :

  • “Alice in Wonderland Psycho-Analyzed.” A.M.E. Goldschmidt. New Oxford Outlook (May 1933).
  • “Alice in Wonderland: the Child as Swain.” William Empson. In Some Versions of Pastoral. 1935. The U.S. edition is titled English Pastoral Poetry. Reprinted in Art and Psychoanalysis. Edited by William Phillips. 1957. [disponible en ligne]
  • “Psychoanalyzing Alice.” Joseph Wood Krutch. The Nation 144 (Jan. 30, 1937): 129-30.
  • “Psychoanalytic Remarks on Alice in Wonderland and Lewis Carroll.” Paul Schilder. The Journal of Nervous and Mental Diseases 87 (1938): 159-68.
  • “About the Symbolization of Alice’s Adventures in Wonderland.” Martin Grotjahn. American Imago 4 (1947): 32-41.
  • “Lewis Carroll’s Adventures in Wonderland.” John Skinner. American Imago 4 (1947) 3-31.
  • Swift and Carroll. Phylis Greenacre. 1955.
  • All on a Golden Afternoon.” Robert Bloch. Fantasy and Science Fiction (June 1956). A short story burlesquing the analytic approach to Alice.

Les essais de Goldschmidt, Schilder, Skinner, Grotjahn et Empson sont repris dans Aspects of Alice: Lewis Carroll’s Dreamchild as Seen Through the Critics’ Looking-Glasses.

Le premier élément qui saute aux yeux quand on consulte cette liste, c’est qu’aucun des textes qui y sont cités n’est postérieur à 1956. Or, de nombreuses références que Gardner a choisi de faire figurer dans son Annotated Alice sont bien plus récentes que cela, certaines allant jusqu’aux années 1990.

Il est à noter que cette liste comporte six textes traitant sérieusement de psychanalyse appliquée et un texte tournant cette approche en ridicule.

À cette liste, il faut ajouter :

  • « ‘Everything is Queer To day’: Lewis Carroll’s Alice Through the Jungian Looking Glass. » Clifton Snider [en ligne]

Clifton Snider, professeur émérite à l’Université d’État de Californie à Long Beach, liste à son tour les références qui lui ont permis d’envisager Alice sous l’angle de la psychanalyse. Outre les journaux « intimes » (le terme « intime » étant un peu galvaudé dans le cas des journaux de Lewis Carroll car ils relevaient plutôt de la chronique que de notes à lui-même et ont été, pour la plupart, publiés depuis longtemps, à l’exception de ce que sa famille a cru bon de faire disparaître) qui figurent sur toutes les bibliographies, on trouve de nombreux articles issus d’Aspects of Alice qui ne traitent pas spécifiquement de psychanalyse, des biographies de l’auteur, le classique Life and Letters of Lewis Carroll qu’on ne cite plus, ainsi que:

  • Hillman, James. The Dream and the Underworld. New York: Harper, 1979.
  • Newman, Cathy. “The Wonderland of Lewis Carroll.” National Geographic June 1991: 100-29.
  • Snider, Clifton. « The Stuff That Dreams Are Made On: A Jungian Interpretation of Literature.«  Wilmette, IL: Chiron Publications, 1991.
  • Woolf, Virginia. “Lewis Carroll.” The Moment and Other Essays. By Virginia Woolf. New York: Harcourt, 1948. 81-83.
  • Demurova, Nina. “Toward a Definition of Alice’s Genre: The Folktale and Fairy-tale Connections.” Lewis Carroll: A Celebration, Essays on the Occasion of the 150th Anniversary of the Birth of Charles Lutwidge Dodgson. Ed. Edward Guilinano. New York: Clarkson N. Potter, 1982.

Cette dernière référence permet d’orienter la recherche vers un autre ouvrage capital lorsqu’il s’agit de faire des recherches sur Alice ou sur Carroll, à savoir Lewis Carroll: A Celebration, qui constitue, tout comme Aspects of Alice, un ensemble d’articles sur le sujet. Il est le troisième ouvrage inévitable.

Aspects of Alice, cité à maintes reprises plus haut, comporte, en plus des essais déjà mentionnés, d’autres textes relatifs aux interprétations freudiennes d’Alice :

  • « From ‘The Character of Dodgson as revealed in the Writings of Carroll’. » Phyllis Greenacre (1955)
  • « From ‘Further insights’. » Géza Róheim (1955)
  • « From ‘The Thinking of the Body’: Comments on the Imagery of Catharsis in Literature’. » Kenneth Burke (1966)

Voilà qui nous apporte un panorama livresque plutôt intéressant, qu’il convenait de compléter par une recherche sur Internet. Le moteur de recherches que j’emploie est Google, comme une très grande majorité des internautes.

Les mots-clés « Alice’s Adventures in Wonderland psychoanalysis » m’ont permis de trouver:

  • L’article « Freudian Psychoanalysis » qui s’intéresse aux lapsus (en anglais). Cet article figure sur le site Welcome to Wonderland qui est en fait un outil développé dans le cadre d’un projet scolaire collaboratif sur Alice s’attachant à étudier The Annotated Alice. Il contient d’autres articles sur le symbolisme d’Alice et a ceci d’intéressant que, puisqu’il s’agit d’un projet collaboratif, les hypothèses sont commentées et permettent d’orienter la réflexion du lecteur.

Abstraction faite des divers liens vers Enote et Sparknote (des outils d’étude à disposition d’étudiants de tous niveaux où l’on trouve tout et n’importe quoi), on trouve aussi un lien vers le Victorian Web, sans réelle surprise, d’ailleurs, car toute recherche sur Alice finit toujours par mener vers cette plateforme :

  • “ ‘We’re all mad here. I’m mad. You’re mad.’ The Alice Books and the Professional Literature of Psychology and Psychiatry. » Jason Beckman, 2012. [lien]

Cet article se base majoritairement sur les textes que l’on peut trouver dans Aspects of Alice, mais présente tout de même un nouveau venu dans sa bibliographie :

  • Solomon, J.C. “Alice and the Red King — The Psycho-Analytic View of Existence.” The International Journal of Psychoanalysis 44 (1963): 63-73 [lien vers l’abstract]

La recherche Google permet aussi de trouver:

  • « Alice in Theoryland: Psychoanalysis in Alice’s Adventures in Wonderland. » Matthew Gorgans, Mercer University, 2011 [lien vers l’abstract]

La plupart des autres résultats Google sont des résultats commerciaux ou des résultats dont les sources n’inspirent guère confiance. Cependant, d’autres recherches sont possibles.

Ainsi, les mêmes mots-clés introduits dans une recherche Google Books (ne prenant donc en compte que les livres publiés et non les articles de presse, les blogs ou les sites publicitaires), nous trouvons, en plus des sources que nous connaissons déjà et dont la redondance avec laquelle elles apparaissent dans les résultats nous laisse à penser qu’elles sont très souvent citées:

  • Essential papers on literature and psychoanalysis, Emanuel Berman (Éditeur), New York, New York University press, 1993
  • Psychoanalysis and literature, Hendrik Marinus Ruitenbeek, Dutton, 1964

Par contre, une recherche avec Google Scholar, qui vise à ne prendre en compte que les articles et publications scientifiques, ne donne comme références que les articles déjà répertoriés dans Aspects of Alice et The Annotated Alice.

En conclusion, la recherche bibliographique dans le domaine des analyses psychanalytiques d’Alice ressemble bien à toutes les recherches bibliographiques qui portent sur cette œuvre de Lewis Carroll :  elle s’articule principalement autour des trois livres cités en introduction, et s’il existe d’autres articles consacrés au sujet, ils y puisent malgré tout leurs références. C’est pourquoi je considère que toute démarche bibliographique autour d’Alice doit toujours commencer par ces trois ouvrages papier, et ce bien que nous soyons à l’heure de la recherche électronique. 

________________________________________________

Pour télécharger cette bibliographie au format PDF, cliquez sur le logo:

Notepad

Justine Houyaux

Après l’obtention d’un master en traduction, Justine Houyaux s’est lancée dans l’aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d’Interprétation de l’UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d’ « Alice’s Adventures in Wonderland » et de « Through the Looking-Glass and What Alice Found There » de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter