Au voleur !

Il m’arrive de googler mon nom. J’en ai discuté avec certain-e-s de mes collègues, et il se fait que je ne suis pas la seule à le faire. En cette ère du tout numérique, il convient de garder un œil sur son e-réputation, comme on nous le répète assez souvent dans les médias. Que celui ou celle qui ne l’a jamais fait me jette la première souris optique.

Quoiqu’il en soit, il m’a bien fallu constater que ce que je ne considérais jusque-là que comme une douce paranoïa était en fait une crainte fondée. Dans la première page de résultats, j’ai découvert, il y a quelques semaines, que le site DissertationsGratuites.com avait publié une de mes notes de lecture sans m’en informer. Une note de lecture n’est certes pas un travail avec un impact délirant qui fera avancer la science à pas de géants, mais tout de même, c’est le fruit d’une réflexion personnelle. Ce texte était le mien.

Mon premier réflexe a été de me dire que ce n’était pas grave, puisque ma note de lecture avait de toute façon été publiée sur Internet par Questions de Communication et que j’en avais mis le lien sur ma page Academia.edu.

Pourtant, DissertationsGratuites.com l’avait bien publiée sans aucune autorisation et, pour aggraver les choses, sous le nom de quelqu’un d’autre. Il fallait bien réagir. Comme tout-e bon-ne internaute qui se respecte, j’ai d’abord pensé que je trouverais la solution à mon problème dans la FÀQ et que tout cela serait résolu en moins de temps qu’il n’en faut pour dire « violation de droits d’auteur ». Voici donc ce que j’ai trouvé (après cinq bonnes minutes de recherches, car force est de constater que les concepteurs du site ne nous facilitent bien entendu pas la tâche) :

Comme on peut s’en rendre compte en lisant le deuxième paragraphe du point 21 du règlement en question, il n’est pas simple d’obtenir de ce site qu’il retire les documents litigieux. En ce qui me concernait, je ne comprenais tout simplement pas pour quelle raison je devais me conformer à toute cette procédure puisque je n’avais jamais accepté les conditions d’ utilisation de DissertationsGratuites.com. Ce règlement ne pouvait donc pas s’appliquer à moi.

Notons au passage que les conditions ont probablement été traduites de l’anglais via Google Translate, comme en témoigne la très sibylline formulation « Une déclaration de votre part, sous peine de parjure, que les informations ci-dessus dans votre Avis sont véridiques » qui contient un calque impardonnable.

D’autre part, l’adresse de contact qui renvoie à Santa Monica Boulevard témoigne bien de l’emplacement du siège du site, qui ne présage rien de bon, puisqu’il est bien plus facile de se cacher derrière la législation américaine quand on a des activités en Europe et vice-versa.

Puisque, comme je le mentionnais plus haut, je ne comprenais pas pourquoi je devais me conformer à un règlement que je n’avais pas signé, j’ai pensé – bien naïvement – qu’il me suffisait d’envoyer un courriel de réclamation à l’adresse mentionnée, et que, confus-e mais de bonne volonté, mon interlocuteur ou interlocutrice s’empresserait de réparer la bévue.

Bien entendu, que nenni. Je me suis heurtée au raisonnement circulaire d’une administration qui essaie d’égarer le ou la plaignant-e pour ne pas devoir admettre qu’elle est en tort (ce qui me fait toujours penser à l’irrésistible scène de la maison qui rend fou dans Les Douze travaux d’Astérix) :

Notez au passage l’ironie absolue des messages standards qui suggèrent à l’auteur-e mécontent-e de suivre le site fautif sur Twitter ou Facebook. Au cas où.

Toujours est-il que ce refus de la part de l’équipe de DissertationsGratuites.com de bien vouloir retirer ma note de lecture m’a considérablement contrariée. J’ai donc décidé de contacter la cellule d’administration et de valorisation de la recherche de mon université qui a été rapide comme l’éclair dans sa réaction et m’a mise en contact avec le juriste attaché à ce genre de cas.

J’ai donc envoyé un courriel à DissertationsGratuites.com, précisant que j’avais informé le service juridique de mon université qui prendrait contact avec leur secrétariat dans les jours suivants. La réponse ne s’est pas faite attendre :

Tout est donc bien qui finit bien. Cependant, j’aurais préféré ne pas devoir gaspiller autant de mon énergie et de mon temps dans une histoire aussi stupide qui n’aurait pas eu lieu d’être si les administrateurs de DissertationsGratuites avaient commencé par vérifier la provenance du texte qui leur était soumis, et si ensuite ils ne s’étaient pas retranchés derrière un règlement abscons et sans aucune pertinence. La morale de tout cela est que même les toutes petites notes de lecture ne sont pas à l’abri du plagiat. Ce qui, de toute évidence, n’augure rien de très rassurant en ce qui concerne les travaux de plus longue haleine.


Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Publié par

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *