Autocomplete me — Alice et la saisie semi-automatique de Google

Que ce soit en raison de ma formation initiale de traductrice qui conduit à une curieuse déformation professionnelle consistant à tout vérifier tout le temps (et deux fois, de préférence) ou tout simplement parce que, comme beaucoup de gens, je passe beaucoup de temps sur Internet, Google fait partie de ma vie, pour le pire et pour le meilleur. Je suppose que vous avez déjà remarqué que lorsque vous tapiez des mots-clés dans la barre de recherche, une série de suggestions apparaissait dans un menu déroulant. Imaginons, par exemple, que je veuille faire une tarte tatin, mais qu’aucun de mes livres de recette ne contienne la marche à suivre pour réaliser ce dessert. Je tape donc « Recette tarte » dans la barre du moteur de recherche et — comme par magie — voici ce que Google me suggère :

Il me suffit ensuite de sélectionner l’option qui me convient le mieux (ici, la deuxième) pour que la recherche se fasse sans que je sois obligée de dactylographier tous les mots-clé. Ce phénomène est « l’autocomplétion » ou, dans un français plus correct, « la saisie semi-automatique ». Il serait sans doute intéressant d’aborder la question sous l’angle de l’extraordinaire fainéantise de l’être humain 2.0 qui considère que taper cinq lettres de plus constitue une perte de temps, mais ce n’est pas le propos aujourd’hui. Ce qui nous intéresse pour l’instant ce sont, d’une part, les principes sur lesquels repose cet outil, et ensuite, ce que nous révèlent les suggestions fournies lors de cette saisie semi-automatique.

Je google, tu googles, il/elle google, nous googlons, …

Il ne faut pas aller bien loin pour comprendre les principes qui régissent la saisie semi-automatique sur Google :

Google. Saisie semi-automatique [en ligne : <https://support.google.com/websearch/answer/106230?hl=fr>, dernière consultation le 7 janvier 2014]

Dans la pratique, la prédiction s’effectue sur base d’une recherche incrémentale, ce qui signifie que l’interaction entre utilisateur/utilisatrice et moteur de recherche se fait de façon progressive. À mesure que je tape des lettres dans la barre de recherche, les suggestions s’ajustent. Chez Google comme chez bien d’autres moteurs de recherche, ces suggestions ne tiennent pas compte des erreurs orthographiques (dans une certaine mesure) grâce, on s’en doute, à l’utilisation de l’inévitable algorithme de Levenshtein, qui, dans le cas présent, permet d’introduire un degré de tolérance déterminé lors de la substitution, suppression ou addition d’un certain nombre de caractères. Par exemple, et pour en revenir à ma tarte, si je fais une faute de frappe et que je tape « tatain » au lieu de « tatin », Google n’en est pas le moins du monde perturbé et me fournit toujours autant de suggestions :

Bien entendu, plus ma recherche sera spécifique (donc plus elle comptera de caractères), plus il sera difficile au moteur de recherche de me fournir un grand nombre de suggestions, comme en témoigne la recherche suivante :

La recherche « recette tarte tatin sans gluten ni œufs » n’ouvre aucun menu déroulant, preuve que le moteur de recherche est à court de suggestions en raison de l’extrême spécificité de ma requête.

Comme le précise la page qui y est dédiée, les résultats fournis reposent sur deux paramètres (que la linguistique pourrait appeler « corpora ») : les recherches d’autres utilisateurs, et le contenu des pages Web répertoriées (« indexées ») par Google. Cette conjugaison de deux corpora est particulièrement intéressante dans la mesure où elle ne repose pas uniquement sur le contenu existant et disponible (les pages indexées) ; elle contient également une grande part de subjectivité parce qu’elle est le fruit des recherches d’autres personnes.

En cela, comme le pointe du doigt Arwa Mahdawi dans l’article « Google’s autocomplete spells out our darkest thoughts » — par ailleurs fascinant à bien des égards — paru sur le site du Guardian, l’autocomplétion est révélatrice des pensées des internautes :

Our most popular searches are, to some degree, an uncensored chronicle of what, as a society, we’re thinking but not necessarily saying.

Plus loin, elle qualifie Google d’ « équivalent laïque du confessionnal », ce qui n’est pas sans intérêt si on se demande de quoi est fait l’inconscient collectif, ou plutôt l’inconscient « majoritaire », des internautes du XXIe siècle. Petit florilège de ce qu’on peut trouver dans les suggestions de résultats lorsqu’ on débute sa recherche par un groupe ou l’autre de la population suivi de « sont » :

On constate bien vite que ce n’est pas le meilleur de l’humanité qui se trouve exprimé là, surtout si, comme le dit si bien Google,

les suggestions renvoyées par la saisie semi-automatique reflètent les activités de recherche de l’ensemble des internautes et le contenu des pages Web indexées par Google.

N.B.: Le verbe « être » étant un verbe « faible », plutôt descriptif et dépourvu de connotation, les résultats sont encore bien pires si on procède à une recherche en utilisant une formulation plus prescriptive comme « devraient » (« les femmes devraient rester à la maison).

De là à dire que Google est raciste, misogyne et homophobe, il n’y a qu’un pas qu’il ne faut cependant pas franchir. La saisie semi-automatique n’est ni plus ni moins qu’un outil à l’image des tendances qui se dégagent lors de l’intervention de ses utilisateurs considérés dans leur ensemble et sans distinction, et du contenu qu’on trouve sur Internet — c’est à dire relativement mal informé et franchement subjectif.

Puisque selon cette même saisie semi-automatique, les extraterrestres sont parmi nous (et non seulement sont-ils dangereux, mais, apparemment, ils sont en plus voleurs, les scélérats !) et Lady Gaga est un homme, les suggestions de résultats concernant les termes liés à Alice au pays des merveilles promettaient de valoir le coup d’œil.

Les aventures d’Alice au pays de l’autocomplétion

La première partie de cette section s’intéresse aux résultats en anglais, fournis par Google.com, et la seconde aux résultats en français, fournis par Google.fr. Les langues de recherche étaient celles correspondant aux noms de domaine respectifs.

Il convenait bien entendu de débuter cette petite expérience par une recherche sur « Lewis Carroll ». Ainsi ai-je choisi de m’interroger sur qui était le grand homme, ce qui s’exprime simplement par une recherche avec les termes « Lewis Carroll was ». La saisie semi-automatique a (en quelque sorte) été à la hauteur de mes espérances.

Pervers, drogué et pédophile, il ne manquait vraiment que la casquette de Jack l’Éventreur au palmarès du monstre que nous décrit l’autocomplétion. Qu’il eût été un pervers, c’est difficile à dire, d’autant que nombre des choses qui étaient considérées comme des perversions pendant l’ère victorienne sont maintenant perçues comme des comportements appartenant à une sexualité épanouie ; laissons donc le bénéfice du doute aux internautes qui ont fait cette recherche ou aux sites Internet qui mentionnent ces termes.

Le problème de la pédophilie est au cœur d’un débat interminable dans les cercles qui s’intéressent à la biographie de l’auteur, et il n’est à mon humble avis pas près d’être résolu. Certains sites très sérieux, comme celui de Karoline Leach, s’intéressent d’ailleurs à la question. Cependant, rien dans les journaux de Lewis Carroll ne vient confirmer cette hypothèse, et rien n’indique qu’il eût jamais eu ce type de pulsions ou qu’il soit passé à l’acte.

En ce qui concerne les drogues, j’émets par contre bien plus de réserves. Charles Dodgson (le vrai nom de Lewis Carroll) était un membre du corps académique de l’université d’Oxford, où il enseignait les mathématiques. C’était le fils d’un pasteur et il était lui-même diacre. Le tout en pleine époque victorienne, avec ce que cela implique de contraintes et de contrôle. Il aimait les bonnes manières et les choses bien ordonnées. J’ai du mal à croire que quelqu’un correspondant à ce profil puisse se laisser aller à se fumer une petite pipe d’opium le week-end pour se détendre. Et quand bien même, c’est sans doute Will Brooker qui apporte la réponse la plus pertinente à cette pseudo-controverse :

Quant à l’idée selon laquelle Lewis Carroll et Jack l’Éventreur n’étaient qu’une seule et même personne, elle est à peu près aussi crédible que la même théorie à propos de Shakespeare et Cervantès. Cette rumeur est due aux élucubrations d’un certain Richard Wallace, qui a publié en 1996 un livre intitulé Jack the Ripper, Light-Hearted Friend, dans lequel il « démontre » sa théorie grâce à une anagramme. Malheureusement, cette anagramme ne fonctionne pas puisqu’elle implique de remplacer trois lettres, dont un « o » qui devient un « i » pour devenir « ripper », ce qui n’est quand même pas de chance quand on considère que c’est le mot-clé de toute cette histoire (pour en savoir plus à ce propos, voir l’explication de Jacobson et Heaney). De plus, lors des meurtres de Mary Ann Nichols, Annie Chapman, Elizabeth Stride et Catherine Eddowes au cours de l’été 1888, l’auteur d’Alice était en vacances sur la côte avec une amie (ou alors, il faut imaginer que cette amie était une complice de Jack l’Éventreur).

Cependant, à l’exception de la suggestion sur Jack l’Éventreur, ces résultats de la saisie semi-automatique sont cohérents avec les choses que l’on entend dans la majorité des conversations sur Lewis Carroll. L’année dernière, j’ai abordé Alice’s Adventures in Wonderland et Through the Looking-Glass and What Alice Found There dans le cadre de la section consacrée à la littérature de mon cours d’anglais, et les questions de mes étudiants sur l’auteur portaient majoritairement sur son soi-disant usage des drogues et ses non moins supposées tendances pédophiles. Les idées reçues ont la peau dure.

De même, si on souhaite interroger Google sur ce qu’a fait ou n’a pas fait (did) Lewis Carroll au cours de sa vie, les résultats s’éloignent peu de ceux de l’autocomplétion précédente :

La recherche « Did Lewis Carroll have » renvoie quant à elle à des résultats aussi divers et surprenants que « Did Lewis Carroll have pets » (pourquoi pas ?), « Did Lewis Carroll have a wife » et « Did Lewis Carroll have a mental disorder. »

Les résultats de la recherche commençant par « is » plutôt que « did » restent du même acabit, en dehors de celles liées à la nationalité de l’auteur. La suggestion la plus surprenante étant tout de même la question sur le sexe de l’auteur.

En ce qui concerne Alice Liddell, la petite fille pour qui Charles Dodgson aurait écrit l’histoire originale d’Alice’s Adventures in Wonderland, et à tous le moins, la petite fille à qui il en offrit la première version manuscrite, c’est surtout le premier résultat qui est préoccupant :

En réalité, cette question a pour origine la série télévisée américaine Warehouse 13, qui met en scène les aventures d’une équipe d’agents spéciaux en charge d’un entrepôt où sont gardés des artefacts surnaturels, parmi lesquels le miroir dans lequel sera plus tard enfermée une tueuse en série nommée Alice Liddell, dont le premier crime a été de tuer (par accident) sa mère avec un revolver appartenant à Lewis Carroll. Cette question est donc entièrement liée à l’univers de la série concernée et en aucun cas à la véritable Alice Liddell. Les utilisateurs de Google se posent, en outre, la question de savoir si Alice a eu des enfants (oui, trois, avec son époux Reginald Hargreaves, dont deux seront tués pendant la première guerre mondiale). La même question semble être au cœur des préoccupations lorsqu’on s’intéresse à Charles Dodgson :

Lorsqu’on s’attaque aux interprétations d’Alice in Wonderland, la première suggestion porte encore sur les drogues (quelle surprise !).

La question de l’acide est, comme on s’en doute, à porter au crédit du groupe Jefferson Airplane grâce à sa chanson White Rabbit sur l’album Surrealistic Pillow de 1967. Les deux premiers couplets de la chanson seront sans doute suffisants pour comprendre le lien établi par Grace Slick, parolière et chanteuse du groupe, entre Alice et l’expérience que produit le LSD :

One pill makes you larger
And one pill makes you small
And the ones that mother gives you
Don’t do anything at all

Go ask Alice
When she’s ten feet tall

And if you go chasing rabbits
And you know you’re going to fall
Tell ’em a hookah smoking caterpillar
Has given you the call to
Call Alice
When she was just small

En français, on reste dans les mêmes thèmes qu’en anglais. La première recherche, « Lewis Carroll et » produit des résultats semblables dans les deux langues :

La quatrième suggestion, Lewis Carroll et les mythologies de l’enfance est le titre d’un ouvrage publié en 2005 sous la direction de Sophie Marret. Il s’agit des actes du colloque international « Lewis Carroll » qui s’est tenu à Rennes en 2003. Ce livre est fort populaire dans les milieux carrolliens en France. La recherche « Lewis Carroll » fournit des résultats plus académiques, puisque manifestement les questions que se posent les internautes, ou dont traitent les sites indexés, portent sur ses œuvres, les mathématiques et son activité de photographe. Cependant, ici encore, la drogue arrive en première position dans les suggestions :

En ce qui concerne Alice Liddell, il semblerait qu’elle soit surtout populaire en France sous les traits du personnage des jeux vidéo American McGee’s Alice et Alice: Madness returns. En effet, si « wiki » est un terme de recherche commun (on l’associe aux mots-clés de façon à obtenir un résultat situé sur un site dont le contenu peut être modifié par les utilisateurs, comme Wikipédia), « Madness Returns » est le titre de la suite du jeu. Alors que lors de la recherche en anglais Alice Liddell n’était pas associée de façon explicite à Lewis Carroll, elle l’est en français. La quatrième suggestion, « cosplay« , renvoie très majoritairement à des images du costume de l’héroïne d’American McGee et non de celle de Lewis Carroll, même dans les versions de Walt Disney et Tim Burton. En d’autres termes, Alice Liddell est plus connue en France en tant que personnage qu’en tant que personne.

La plus grande différence entre les saisies semi-automatiques anglaise et française réside dans le traitement qu’elles font des termes de recherche « Charles Dodgson ». Alors qu’en anglais les suggestions portent sur la vie privée de l’auteur, la version française ne produit aucun résultat en français en dehors de « Charles Dodgson wikipedia« , qui pourrait tout aussi bien être en anglais. Les suggestions suivantes sont en langue de Shakespeare : « Charles Dodgson biography » et « Charles Dodgson photography » — preuve, s’il en fallait une, de la méconnaissance du public français de la véritable identité de Lewis Carroll.

D’autre part, les recherches dont les mots-clés sont « Est-ce que les Aventures d’Alice au pays des merveilles », « Les Aventures d’Alice au pays des merveilles sont » et « Alice au pays des merveilles est » ne produisent aucun résultat dans le menu déroulant de la saisie semi-automatique. Les seuls termes proches de ceux-ci à générer un résultat sont « Alice au pays des merveilles » :

Ces résultats ne présentent pas un grand intérêt si on cherche à découvrir quelle est la perception de l’œuvre de Lewis Carroll chez les utilisateurs de Google.fr (dont on peut dès lors supposer qu’ils sont francophones), sauf sur le plan intersémiotique. En effet, les deux premières suggestions montrent clairement que les références des internautes sont avant tout cinématographiques ; le premier résultat renvoie à la production des studios Disney, la deuxième à la possibilité de regarder le film via un flux Internet. Quant aux deux derniers résultats, on peut supposer qu’ils sont le fruit des recherches d’étudiants épuisés.

« J’ai de la chance »

Revenons-en une dernière fois à notre exemple de la tarte tatin. Il se peut que je veuille perdre encore moins de temps et que je n’aie pas envie de perdre de temps à lire toutes les pages de résultats fournis par Google une fois ma requête envoyée. Il me suffira, pour ce faire, de cliquer sur « J’ai de la chance >> » pour tomber directement sur le site Web que Google jugera le plus pertinent. Pour la recette de la tarte tatin, j’arrive en effet sur le site Meilleurduchef.com, qui me fournit bien une recette de la tarte que je cherche. Malheureusement, il arrive rarement que les sujets liés à la littérature soient aussi dénués d’ambiguïté que les recettes de cuisine, comme en témoigne le petit exercice auquel je me suis livrée.

Dans la grande majorité des cas, l’effet que l’on obtient lorsqu’on clique sur « J’ai de la chance >> », c’est une visite de Wikipédia. De fait, si j’applique cette procédure aux termes « Lewis Carroll », j’arrive directement sur la page qui lui est consacrée sur le site de l’encyclopédie libre, en français comme en anglais. Il en va de même pour « Alice Liddell », « Charles Dodgson », « Alice’s Adventures in Wonderland », « Alice in Wonderland », « Les Aventures d’Alice au pays des merveilles » et « Alice au pays des merveilles ».

Là où les choses diffèrent considérablement, c’est lorsqu’on fait confiance à la « chance » sur le sujet des drogues. En anglais, les termes « Lewis Carroll drugs » suivis d’ « I’m feeling lucky >> » conduisent à un article de Sophie Robehmed intitulé Is Alice in Wonderland Really About Drugs? hébergé sur le site de la BBC. En français, « Lewis Carroll drogue » mène immédiatement à la page Wikipédia sur… le laudanum. Dans cet article, on peut notamment lire :

Parmi les personnalités littéraires dépendantes du laudanum on peut relever : Coleridge, qui lutta misérablement contre son penchant durant une grande partie de sa vie d’adulte ; de Quincey ; Byron ; Mary Shelley, qui souffrait de violentes hallucinations causées par le laudanum ; Charles Dickens ; Lewis Carroll ; Antonin Artaud ; Wilkie Collins ; Edgar Allan Poe et Baudelaire.

Au moins le ou les auteur(s) ont-ils pris soin de préciser à la ligne précédente que le laudanum était à l’époque un médicament légal, utilisé pour soigner les migraines. Il ne me reste qu’à supposer que dans cent-cinquante ans, les migraineux qui prennent de l’aspirine aujourd’hui seront considérés comme des drogués.

Le même phénomène se produit lorsqu’on s’intéresse à la question des relations de Lewis Carroll avec les enfants. En anglais, trois suggestions de la saisie semi-automatique touchent de près ou de loin à cette problématique. La première, « Lewis Carroll was a pervert », conduit à un article de Joseph Bottum dans le Weekly Strand intitulé Little Miss Liddell, dont le contenu est assez nuancé. Cet article présente une critique (plutôt acerbe, d’ailleurs) de l’ouvrage The Alice Behind Wonderland de Simon Winchester. La deuxième, « Lewis Carroll was a peadophile », emmène le lecteur ou la lectrice, via le bouton « I’m feeling lucky >> », à l’article Was Lewis Carroll a paedophile? Discovery of cryptic letter raises questions about author’s relationship with ‘real-life Alice’ de Beth Hale sur le site du Mail Online. Bien que le Mail ne soit certes pas le journal le plus objectif que l’on puisse trouver sur la toile, et contrairement à ce qu’annonce le titre, cet article reste relativement circonspect dans sa description de la controverse qui entoure Lewis Carroll depuis de nombreuses années. La troisième suggestion, « Did Lewis Carroll have any children » conduit à la page Wikipedia sur l’auteur.

En revanche, du côté francophone, les choses sont bien moins mesurées. La toute première suggestion qui apparaît lorsqu’on cherche « Lewis Carroll et » (ou « Lewis Carroll était ») est « Lewis Carroll et les petites filles ». Si on clique sur « J’ai de la chance >> », on atterrit sur un article de Marc-André Cotton qui postule que l’intérêt durable que suscitent les aventures d’Alice est dû à ce que « l’idéalisation de l’enfance qui caractérise la littérature enfantine inaugurée par Carroll porte les marques de l’abus et de l’enfermement dans lequel des générations d’enfants furent tenus ». L’article a pour titre Lewis Carroll, un pédophile victorien. L’article est hébergé sur le site Regard Conscient, dont le slogan est « La force de faire face à notre histoire. » L’objectif de cette association est de « de mettre en évidence les liens existant entre les souffrances refoulées — particulièrement celles de la prime enfance — et leurs mises en actes sur les différentes scènes de la vie. » Dans cette article, l’auteur argumente que la Reine de Cœur est en réalité une facette « terrorisante » de la mère de Charles Dodgson. On en revient toujours à la mère…

Il est aussi intéressant de noter qu’en cherchant de plus amples informations sur Regard Conscient, on se retrouve bien vite sur le site de l’Association française de pansémiotique (qui s’intéresse à des sujets aussi variés que la fin du monde, la psychobiologie ou la cosmologie), dont le logo n’est autre… que l’illustration d’Alice entrouvrant le rideau par Sir John Tenniel.

Les deux autres suggestions de la saisie semi-automatique, « Lewis Carroll et Alice Liddell » et « Lewis Carroll et les mythologies de l’enfance », renvoient respectivement à l’entrée Wikipédia consacrée à Alice Liddell et au site marchand Amazon.fr.

Ainsi, sur les deux questions relatives à Lewis Carroll qui suscitent la controverse, à savoir les drogues et la pédophilie, les informations accessibles par le biais des outils Google (la saisie semi-automatique et le dispositif « J’ai de la chance >> »/ »I’m feeling lucky >> ») sont présentées de façon bien plus pondérée en langue anglaise qu’en langue française. En effet, en anglais, le sujet des drogues est traité sur un site de presse (la BBC), par une journaliste professionnelle qui pose une question « Is Alice in Wonderland really about drugs? » et y répond :

Carroll wasn’t thought to have been a recreational user of opium or laudanum, and the references may say more about the people making them than the author.

« The notion that the surreal aspects of the text are the consequence of drug-fuelled dreams resonates with a culture, particularly perhaps in the 60s, 70s and 80s when LSD was widely-circulated and even now where recreational drugs are commonplace, » says Dr Heather Worthington, Children’s Literature lecturer at Cardiff University.

En français, la question que se pose le lecteur ou la lectrice le conduire à Wikipédia (site qui, s’il présente de nombreux avantages, ne peut être considéré comme fiable à cent pour cent), et non pas à la biographie de l’auteur, mais bien à un article sur une drogue que celui-ci est censé avoir prise à un stade ou à un autre de son existence, sans pour autant que cette théorie soit étayée.

En ce qui concerne la pédophilie, les résultats en anglais renvoient à deux journaux (le Strand Weekly et le Mail) qui abordent la question avec un œil critique, pour l’un, et circonspection pour l’autre. Le troisième résultat renvoie à Wikipedia. Les résultats français par contre renvoient à un document franchement dénonciateur sur un site spécialisé dans les douleurs de l’enfance, une entrée Wikipédia (encore) et un site marchand.

On peut donc aisément en conclure que sur Google comme ailleurs, la perception que le public francophone a de Lewis Carroll (qu’on le nomme de cette manière ou Charles Dodgson, d’ailleurs), de ses relations avec les enfants, de son œuvre principale et de son prétendu usage des drogues est bien moins mesurée que la perception du public anglophone. Cette vision se situe moins dans le débat et l’argumentation que dans le martèlement de théories présentées comme l’unique réalité.

Plus généralement, le public francophone, s’il utilise Google et ses outils, abordera l’univers de Lewis Carroll de façon plus périphérique que le public anglophone, s’intéressant aux jeux vidéo (American McGee’s Alice), aux séries télévisées (Warehouse 13) ou aux films (Disney). L’entrée dans le monde d’Alice par la porte francophone se fait sur le mode intersémiotique (ou transmédiatique, pour employer un terme issus des théories du storytelling) alors qu’elle se fait sur le mode biographique dans le monde anglophone.

En résumé, si les suggestions de la saisie semi-automatique de Google sont bien une manifestation de « ce que nous pensons sans le dire en tant que société » puisqu’elles sont un reflet des « activités de recherche de l’ensemble des internautes et le contenu des pages Web indexées par Google« , alors l’opinion que les internautes francophones ont de Lewis Carroll et d’Alice au pays des merveilles est très différente de celle qu’en ont les internautes anglophones. Preuve supplémentaire, s’il en fallait une, que la perception d’une œuvre ne se limite pas à la réception de ses traductions.

Lien connexes :


Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Publié par

Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *